ABBEY OV THELEMA - A Fragment ov The Great Work

Chronique

Pochette de l'album A Fragment ov The Great Work par Abbey ov Thelema
  1. The Left-Hand Path
  2. The One Who Walks the Left-Hand Path
  3. Unearthly Theophagia ov a Nonexistent Deity
  4. Black Absinth Drunk While Analyzing the Writings ov Nietzsche
  5. The Hidden Wisdom & Clandestine Legacy ov the Black Arts
  6. th April 1904 - The Day ov Nuit
  7. th April 1904 - The Day ov Hadit
  8. th April 1904 - The Day ov Ra-Hoor-Khuit
Style : voir chronique
Par D

Publié le 08/12/2011

 

0. Introduction

Abbey ov Thelema, qui prend son nom donc de l'Abbaye de Thélème (Sicile, Aleister Crowley, tout ça), est un duo de Slovaques. Ça nous fait une belle jambe vu que ni vous ni moi ne connaissions ce groupe avant maitenant (si c'est le cas, faites semblant de ne pas vous en souvenir, merci). On voit l'étiquette "Avant Garde Black Metal", et directement on a peur.

Logique.

Mais ici, on a de quoi avoir peur. Car outre les (très) bonnes idées de compositions de ce projet, on retrouve quelques (oh allez, je le dis) plagiats, des excès de claviers FADADES-like, des passages rien à voir, une qualité loin d'être optimale, bref... "C'est chaud comme chasser un Mustis de sa chambre!" comme dirait Shagrath. Et vu que j'ai failli mourir lors de mes écoutes de ce groupe, j'ai décidé d'axer ma chronique sur les cinq étapes du deuil, au vu de ma résurrection pafaite! Vous êtes prêts? C'est parti!

 

1. Le déni

Au départ, on se rend compte que c'est pas si mal : un black metal complexe, athmosphérique, varié tout plein entre passages bien brutaux, électroniques ou folkloriques. Mais lorsqu'on se rend compte qu'après l'intro, on a l'impression de se retrouver devant "Invocation" d'Ihsahn, ou pire! Le début du 3ème morceaux qui n'est qu'un pur rippoff du morceau "Allegiance" de Dimmu Borgir, là... on se pose des questions. Mais passons, allez, disons... On va dire qu'on n'a rien entendu.

 

2. La Colère

Puis, ça devient chiant. En dépit du fait que les instruments utilisés soient très variés, voire trop justement, c'est plat, ce n'est pas puissant du tout, on se rend compte que tout est tellement complexe et difficile que tout est inutile, embêtant, et cela ne nous donne absolument pas envie d'écouter. Alors en prime, quand tu entends la qualité de la boite à rythme, tu n'es pas du tout motivé.

 

3. La Négociation

Ensuite, la Colère passée, on se pose, on réfléchit. Finalement... il y a beaucoup de choses. Faut-il creuser pour comprendre cet album? La réponse est OUI! Cet album est effectvement avant-gardiste grâce à ses variations violentes de black assez brutal sur du folk, de cris malsains sur du chant clair, des ambiances joyeuses et mélodiques à d'autres beaucoup plus sombres...

44 minutes, c'est long pour un album de ce genre.

Alors, on prend le temps, on écoute, on ré-écoute, et on se dit simplement que cet album à mauvais claviers n'a pas franchement à envier à certains albums d'il y a 20 ans... Car effectivement, on entend des relents d'Emperor première période ou de Dimmu même période par-ci par-là, et c'est tout de même plaisant!

 

4. La Dépression

Et c'est foutu, on ne sait pas quoi faire. Crier au génie ou l'inverse? Apprécier l'album pour ses défauts qui peuvent êtres pris pour des qualités ou l'inverse? On se retrouve seul dans sa cabane au fond du j... de la forêt et on pense mal. Les musiciens ne sont pas des manches, bien au contraire : la technicité, sans être énorme non plus, s'entend maîtrisée, les compositions se suivent quand même bien, mais... quelque chose dérange. Et c'est chiant.

 

5. L'Acceptation

Alors, on comprend finalement que tout peut être joué sur une certaine qualité de son : ces claviers oldschool peuvent donner une forte ambiance retro black metal mélodique de 1995, mais ici, c'est juste un peu trop exagéré. Même chose pour les compositions : excellentes, mais beaucoup trop variées, trop complexes. Après plusieurs écoutes, c'est toujours difficile de se plonger dedans et c'est un grand défaut de cet album. Finalement, on a compris. Cet album aurait pu être un chef d'oeuvre de black metal avant-gardiste. Mais ce n'est pas le cas. Considérons, de toute manière, le fait que c'est le premier album du groupe depuis son changement de style, c'est à prendre en considération.

 

6. Conclusion

Un album vraiment difficile, rempli à ras bord de trop de choses, et c'est bien dommage vu que ça gâche le plaisir de l'écoute. Cet album, cependant, n'est pas mauvais du tout.

Ses idées sont énormes, mais elles sont quelque peu mal assemblées. Gardons un oeil sur ce groupe... sait-on jamais, l'album de la maturité pourrait bien nous défoncer la tronche.

Et j'aimerai bien!

 

 

 

 

 

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 1 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 1/5 (1 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

  • Commentaire de Synth - 08/12/2011 17:23 Même chose, quand j'ai vu l'étiquette "Black avant-gardiste" je me suis dit, ah, bien bien, on va pouvoir se plonger dans un projet original.

    Eh.

    J'aurais mieux fait de ne pas m'y intéresser.

    A mon sens, Deathspell Omega c'est du Black avant garde. Là, pfiou, c'est tellement mauvais qu'on ne sait même pas quel type de musique on écoute.

    Je n'ai rien contre l'originalité, ceci dit, franchement, pour le coup ils auraient mieux fait de réfléchir un peu plus à l'impact de cet album.

    Car seuls les plus connaisseurs, et encore, seront capable de trouver un minimum d'intérêt à cet opus.

1 commentaires au total

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports