ABORTED - The Necrotic Manifesto

Chronique

Pochette de l'album The Necrotic Manifesto par ABORTED
  1. Six Feet of Foreplay
  2. The Extirpation Agenda
  3. Necrotic Manifesto
  4. An Enumeration of Cadavers
  5. Your Entitlement Means Nothing
  6. The Davidian Deceit
  7. Coffin Upon Coffin
  8. Chronicles of Detruncation
  9. Sade & Libertine Lunacy
  10. Die Verzweiflung
  11. Excremental Veracity
  12. Purity of Perversion
  13. Of Dead Skin & Decay
  14. Cenobites
  15. Bonustracks (Deluxe Edition) :Saprophytes
  16. Concubine (Converge Cover)
  17. Funeral Inception (Suffocation Cover)

Site(s) du groupe :

Site web de ABORTED
Par olivier no limit

Publié le 02/05/2014

Télécharger légalement

Comme il est de bon ton dans ce genre de cas, je vous préviens : cette chronique ne s’adresse pas à ceux qui possèdent une âme sensible, du moins qui ne supportent pas un metal ultra violent, car ici on va parler du dernier ABORTED, « the necrotic manifesto ».

Deux ans après l’excellent « Global Flatine », la bande à Sven de Caluwé (seul membre fondateur encore présent) revient avec son grind death aussi tranchant qu’un scalpel.

Comment vous dire ? Il y a eu le très bon dernier BENIGHTED, « carnivore sublime », et voici que déboule ce nouvel opus des Belges.

C’est un maelstrom de violence technique, maitrisée, bourré de riffs marquants, de structures alambiquées, et de solos hauts niveaux presque prog comme sur « Excremental Veracity ». Le tout bouillonne, fluide telle l la lave sortant d’un volcan en éruption. Quant au batteur, je ne sais pas à quoi il marche mais bon sang, il est branché high voltage. Bien simple il n’arrête pas. Inutile de vous préciser, que le gosier de Sven est royal.

Mélange de death, de brutal death, de grind, de quelques plans thrashy, tout va très vite. Même quand ils calment un peu le jeu comme sur le lourd et inquiétant « Die Verzweiflung », la tension est toujours palpable. Capable de mettre du groove dans leur violence portée au rouge, de faire qu’entre leur main leur metal explose en arabesques assassines, c’est du grand art. De plus ils arrivent, au milieu de cette fureur, à imprimer des mélodies plutôt accrocheuses (An Enumeration of Cadavers).

Au détour d’un plan on reconnaît la patte d’un death old school croisant le fer avec un metal mort plus actuel (Purity of Perversion). J’aime particulièrement des titres comme « Chronicles of Detruncation » ou « Coffin Upon Coffin » qui commence comme une lame de fond et termine sur des plans de guitare heavy au possible. Sans oublier «An Enumeration of Cadavers ».

C’est le genre d’album dans lequel tu rentres…en entier. De plus, comme tout bon opus de metal extrême qui se respecte, chaque titre à en lui un petit truc qui fait que chaque morceau ne ressemble pas vraiment au précédent.

J’en vois qui tiquent ! Vous n’aimez pas le metal qui tue et qui envoie votre quotidien pesant aux WC ?

Ici pourtant, on va loin et on le fait avec un art consommé.

Point barre.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports