AHAB - The Call of the Wretched Sea

Chronique

Pochette de l'album The Call of the Wretched Sea par Ahab
  1. Below the Sun
  2. The Pacific
  3. Old Thunder
  4. Of the Monstrous Pictures of Whales
  5. The Sermon
  6. The Hunt
  7. Ahab's Oath

Site(s) du groupe :

Site web de Ahab
Style : voir chronique
Par Seb

Publié le 02/11/2006

 

Funeral Doom

Ahab est un groupe récent émergeant de la scène Funeral Doom. Le groupe a en effet enregistre une démo « The Oath », avant de sortir « The call of the wretched sea ». Bien que limitée a 30 exemplaires, cette démo a permit au groupe de se faire connaitre, ainsi qu’un concert au festival Doom Shall Rise.
Le groupe appelle sa musique du Funeral Doom nautique, et ce n’est pas un vain mot tant ce disque baigne dans une atmosphère marine. L’album est centre autour du roman d’Hermann Melville « Moby Dick ». Des la pochette, représentant la baleine mastodonte sautant hors de l’eau pour attaquer deux barges, l’auditeur est plonge dans la lutte entre Moby Dick et le capitaine Ahab. Les paroles retranscrivent le roman de Melville, le groupe n’hésitant d’ailleurs pas à inclure des extraits de ce dernier.
L’auditeur suit donc au fil des morceaux la lutte entre le capitaine Ahab et le monstre Moby Dick, qui montera en crescendo jusqu'à la folie, pour se terminer par la mort, pour les deux camps (« Ahab’s Oath »). Tout comme le roman, la musique est ténébreuse et violente, mais cette violence ne s’illustre pas par un rythme démentiel, mais plutôt par des nappes de guitares à tempo très lent, sur lesquels se pose la voix caverneuse de Daniel Drosste. Créant un mur sonore impressionnant, la musique du groupe cherche est réellement étouffante, poussant l’auditeur au bord de l’asphyxie, seuls l’usage parcimonieux de son de clavier aère l’ensemble. La production est de bonne qualité : les deux jeux de guitares s’entendent très bien, même si la voix est un peu en retrait quelque fois. A noter que le groupe a choisi une structure très linéaire pour ses morceaux, sans refrains ni structures claires. Malgré ce choix atypique, la musique n’est pas monotone et chaque morceau se différencie bien.
Long d’une bonne heure pour 7 titres – a part l’interlude « Of the monstruous pictures of whales », la longueur de chaque morceau tourne autour de la dizaine de minutes -, ce disque s’écoute avec beaucoup de plaisir, et est la preuve qu’Ahab a le potentiel pour devenir un grand groupe de Doom métal.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports