AKOUPHËN - Face A

Chronique

Pochette de l'album Face A par Akouphën
  1. Blood infusin' cocaine
  2. Le temps de savoir
  3. Sovkipeu
  4. Le grand jeu
  5. Very bad thing
  6. Just a sound
  7. Le reptile
  8. Toi sans moi
  9. Get a move on
  10. Demain hier
  11. Yumedake
  12. Le royaume
  13. Cured
Style : voir chronique
Par XS

Publié le 17/07/2007

 

(electro-rock) Collectif artistique orienté théâtre, dessin et musique, Akouphën devient un groupe à part entière en 2003. Après plusieurs chanteuses en guest, le groupe fixe son line up en 2005 avec Jean au clavier, machines et back vocals, Niko à la guitare et Kloë, lead vocals. Nico se charge de la composition, Jean et Kloë sont auteurs – compositeurs avec notamment l'écriture de textes en anglais et en français. Les thèmes abordés se basent alors sur le quotidien avec une volonté forte de ne pas aborder le politique. Le groupe cherche clairement à se faire plaisir et à faire passer de bons moments, sans se prendre la tête avec des divergences d’opinions ou au sujet de choses conflictuelles.

Les influences du groupe sont diverses : de Queen au métal, du rock’n roll à la pop. Et c’est ce qui donne à cet album d’électro – rock une touche si particulière. Ca passe du ska au métal, du rap à la soul … aucun morceau ne se ressemble et pourtant il y a une cohérence, un esprit Akouphën ...

« Blood Infusin’ Cocaine » met tout de suite dans l’ambiance. Je comprends vite que le guitariste écoute du métal. Je pense pouvoir respirer, mais « Sovkipeu » en remet une couche. Donc fini la grasse matinée, la tête dans le pâté et le body tout mou. Je me lève, je secoue la tête et j’y vais gaiement. Le « grand jeu » me file le smile et « Very bad Thing » me fait franchement penser à une BO de film ! Mais « Just a sound » est là pour me rappeler que Akouphën, c’est de l’adrénaline musicale à 100% et je me reprends une claque juste avant les morceaux mid-tempo « le Reptile » et « Toi sans moi », dont se dégage une forte émotion. La fin de l’album est encore plus surprenante : la mélancolie de l’intro au piano de « Get a move on », les soupçons jungle de « Yumedake » et « Le royaume » techno - doom ! Enfin « Cured », se charge gentiment de me faire redescendre sur terre.

Cet album est donc une franche réussite. Mais je sais aussi que Akouphën est un vrai groupe de scène avec un jeu énergique et une pêche indéniable. Et j’imagine très bien toute la salle bouger. Reste que ce cd a le défaut de tous les albums auto-produits dans un studio personnel : il manque une simple vision extérieure technique pour peaufiner ce qui est excellent et qui pourrait devenir topissime.

Bref, ce cd n’est pas à mettre entre toutes les mains. A réserver uniquement aux open minded qui ont envie de découvrir un groupe surprenant. On aime ou on n’aime pas mais force est de constater que le groupe a un vrai talent.

NB : un p’tit conseil perso pour ceux qui pratiquent des sports de glisse : Akouphën est 200% compatible avec une pure matinée ensoleillée en poudre profonde hors piste !

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports