ANCIENT RITES - Laguz

Chronique

Pochette de l'album Laguz par ANCIENT RITES
  1. Golden Path to Samarkand
  2. Carthago Delenda Est
  3. Under the Sign of Lagoz
  4. Van Gott Entfernt
  5. Apostata (Imperator Fidelis)
  6. Legio V Alaudae
  7. Mind Unconquered
  8. Umbra Sumus (We Are the Shadows)
  9. Frankenland
  10. Fatum (III Fate/Noodlot)

Site(s) du groupe :

Site web de ANCIENT RITES
Style : voir chronique
Par olivier no limit

Publié le 24/03/2015

Télécharger légalement

Il y a des albums qui vous éclatent en plein soleil, même s’ils viennent d’un groupe qui a pratiqué du black metal. C’est le cas de ce LAGUZ, un opus qui a mis 9 années à murir sous les doigts d’ANCIENT RITES.

Partie du black satanique, ces Belges ont également pratiqué un genre bien à eux qui faisait appel à de l’épique extrême, du folk, du sympho, du viking.

Comme pour le groupe Français A.D.X, son leader, Gunther Theys, aime à puiser son inspiration dans l’histoire.

Pour l’album qui nous préoccupe, son titre « Laguz » fut une lettre de l’alphabet des anciennes peuplades germaniques. Mais comme pour leur dernier essai « rubicond », là, ils semblent s’intéresser aux guerres propres à ROME et à l’antiquité.

Il est sûr que ce n’est pas cette rondelle qui va les réconcilier avec les fans de la première heure. Du black, ici, il n’en est pas question.

Même le folk, est, je trouve, plutôt en berne, sauf peut-être dans des titres comme « Frankenland ».

Par contre le côté sympho de la bête explose dans un vrai feu d’artifices auditif. Il donne à leur musique une vraie profondeur, un relief de tous les instants. C’est même parfois à se demander s’il n’y a pas derrière eux un vrai orchestre tellement le rendu auditif et plein de brillance.

Cela aurait pu être le de la musique de film.

Et puis, omniprésent, lui aussi, s’affiche l’aspect épique de leur metal, normal quand on parle de guerre.

Parfois sombre, souvent entrainante est leur musique. J’aime particulièrement « Frankenland », en fin d’album qui fait que cet opus se termine avec flamboyance.

Après, les guitares sont puissantes, la voix s’exprime dans un chant assez récitatif et si elle peut être inquiétante (Carthago Delenda Est), elle n’a vraiment plus rien à voir avec du black.

Un bel album, qui ne prend pas de risque, qui reste dans les clous du genre, mais qui est vraiment bien fignolé.

 

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports