AUGURY - Fragmentary Evidence

Chronique

Pochette de l'album Fragmentary Evidence par Augury
  1. Aetheral 4:18
  2. Simian Cattle 5:38
  3. Orphans of Living 5:10
  4. Jupiter to Ignite 8:24
  5. Sovereigns Unknown 5:13
  6. Skyless 6:30
  7. Faith Puppeteers 4:07
  8. Brimstones Landscapes 4:30
  9. Oversee the Rebirth 11:12

Site(s) du groupe :

MySpace de Augury Site web de Augury
Style : voir chronique
Par Colas*

Publié le 12/02/2010

 

(Death métal progressif)

Augury c’est un habile mélange de (très gros) death et de progressif subtil ! A l’écoute de cet album j’étais bien pressé de pouvoir faire sa chronique, il faut dire qu’il regorge de tout ce qu’il faut pour être un standard du death prog. Il s’agît la du second opus des canadiens, le premier ayant déjà prouvé la qualité et la créativité des musiciens.

Dans ce Fragmentary Evidence, fini le croisement death et musique lyrique (au revoir la chanteuse) ! Il présente encore plus de subtilités et de finesse tout en étant encore plus agressif. Les guitares sont tranchantes, la basse très présente, la batterie ne cesse jamais de cogner en tous sens et la voix est caverneuse à souhait ! Les parties brutales sont de véritables hymnes au headbang (Aetheral, Orphans of Living) et la puissance ne quitte jamais l’album. Mais cela n’est pas tout, la ou on se prend une grosse claque dans la g****e, c’est dans les parties progressives, le son est magnifique et envoûtant, chaque instrument nous fait comprendre ce qu’est la vraie technique. On ne parle pas ici de vitesse d’exécution, ou de shred, mais de feeling et de sens de la musique (Jupiter to Ignite, Skyless, Oversee the Rebirth).

Les mélodies sont de vraies réussites, Patrick Loisel nous offre un jeu de guitare splendide et surtout un chant varié et non de simples hurlements (Sovereigns Unknown). Tout sur cet album est donc vraiment bon, à noter la présence d’invités pour le chant, ça se remarque très peu vu que c’est en général des chants type death ou black à l’exception de Syriak et Leilindel (sur Brimstone Landscapes), tous deux d’Unexpect, le chant féminin de Leilindel apparait peu mais bien, du grand art. Les paroles sont de plus très poétiques, je dois admettre que je ne comprends pas leur sens en général (mais c’est ça qu’est bon).

Ou se trouve alors le défaut de cet album, avec tant de bons points il ya forcément une ombre quelque part non ? Eh bien oui il présente un défaut de taille ! Mon oreille déjà très avertie en matière de progressif et de death n’a pas tout de suite tout compris. Ce disque nécessite une réelle connaissance de ces deux genre pour être apprécié a sa juste valeur, le fan de progressif ne comprendra pas pourquoi tant de violence et le fan de death ne comprendra pas pourquoi tant de longues mélodies. C’est un peu comme d’essayer de regarder le soleil sans lunettes adaptées, c’est beau mais ça pique (je suis sûr que vous avez tous essayé !). Le défaut de cet album réside donc dans le fait qu’il soit relativement peu accessible, mais que voulez vous ? C’est ça d’être des artistes, bousculer un peu les codes ! Avis aux plus ouverts !

PS : J'avais mis une note de 3/5 au début, à cause de la difficulté d'écoute, mais en fait c'est tellement bon que 5/5 !

Patrick Loisel : Guitare / Chant
Mathieu Marcotte : Guitare
Dominic ‘Forest’ Lapointe : Basse
Antoine Baril : Batterie

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports