BECOMING THE ARCHETYPE - The physics of fire

Chronique

Pochette de l'album The physics of fire par Becoming the archetype
  1. Epoch of war
  2. Immolation
  3. Autopsy
  4. The great fall
  5. Nocturne
  6. The monolith
  7. Construct and collapse
  8. Endure
  9. Fire made flesh
  10. Second death
  11. The balance of eternity
Par olivier no limit

Publié le 09/06/2007

 

(Style : death progressif). Death progressif, c’est tout ce que j’ai trouvé de mieux pour qualifier la musique de « The physics of fire », deuxieme cd du groupe Becoming the archétype. Mais j’aurai pu également dire que c’est du « death patchwork ». Un patchwork, comme tout le monde le sait, est une pièce de tissu composée de morceaux de différentes couleurs cousus les uns aux autres. Ou, encore mieux, c’est un ensemble disparate, contrasté.
La musique de cet album est effectivement comme une succession de plages musicales contrastées, cousues les une aux autres. La force de ce groupe étant le liant qu’il arrive à créer entre ces différentes couleurs musicales, grâce à une maîtrise instrumentale de premier ordre, un bon niveau technique et l’exploitation de certains styles assez peu courant dans le métal classique.

Je ne vais pas vous décrire la nomenclature des morceaux, les uns après les autres, mais juste vous jeter en pâture, en vrac, les influences qu’il utilise.
-Des moments presque planants, à coup d’arpéges, de claviers qui peuvent ressembler à du clavecin (« Epoch of war »), à un orgue d’église(« « Construct and collapse »), et qui sont en général annonciateurs d’une grosse claque à venir. On trouve même des parties de piano très mélodieuses ou presque jazzy, sur fond de vocaux un peu crooners.
-Des instants de death assez brutaux,sans être du brutal death, porté par la voix plutôt méchante de Jason wisdom aux relents un peu hardcore sur les bords , et d’une section rythmique implacable.
- quelques cotés metalcore (« Autopsy), mais ils ne sont pas légion. Des parties de voix claire, mais non pop, chantée avec douceur et feeling.
-Des passages très sombres, appuyés par le clavier et qui peuvent faire penser au black métal de Dimmu borgir. D’ailleurs cette atmosphère de noirceur est présente tout au long de l’album.
-Du death mélodique sur des rythmiques plutôt hargneuses.
-Des solos de guitares assez longs et en général très rapides.
-Un aspect progressif dû à la technicité des musiciens qui sont de haut vol et à l’agencement des différentes plages musicales.

En bref, il faut écouter cet album plusieurs fois pour s’en imprégner. Personnellement j’ai bien aimé car cela surprend et attache à la fois. Mais d’autres risquent de trouver cela barbant et démonstratif. C’est toujours la même histoire : quand un groupe joue d’une musique qui sort des sentiers battus certains s’y sentent perdus et d’autres y trouvent l’aventure. En tout les cas je ne pense pas que « The physics of fire », dont le sujet est un hommage au feu, laissera indifférent.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports