BLACK BOMB A - Enemies Of the State

Chronique

Pochette de l'album Enemies Of the State par Black Bomb A
  1. Come On Down
  2. We Don't Care
  3. Fear
  4. No Way
  5. Enemies of The State
  6. Destruction
  7. Tell Me Lies
  8. Take Control
  9. Pedal To The Metal
  10. Hell On Earth

Site(s) du groupe :

Site web de Black Bomb A
Par Niklas

Publié le 10/05/2012

Télécharger légalement

Alors que Black Bomb A passe la décennale, accuse un énième changement de line-up et sort malgré tout son deuxième opus chez At(h)omeEnemies Of The State. Et pour cette nouvelle galette, exit Djag (encore !) ainsi que Etienne (basse) ; et bienvenue à Shaun Davidson et Jacou (Ultra Vomit).

 Si From Chaos, marquait une nette évolution dans la discographie avec orientation clairement Punk/Hardcore, Eemies Of The State ferme définitivement la porte aux années Arno et tout ce qu’il y avait de Metal avec. Si ce n’est sur Come On Down où Hervé s’amuse à nous envoyer quelques blasts bien sentis en pleine face, ou sur le chevaleresque Pedal To The Metal!
Pour le reste BBA poursuit dans sa voie, avec une efficacité bien plus probante que sur le brouillon From Chaos.En effet, les titres sont dans l’ensemble plus catchy, les mélodies un peu moins faciles et plus entrainantes dans la plus pure tradition Hardcore ( We Don'tCareTake ControlDestruction ).
La guitare de Snake tranche dans le lard et écorche à vif tout ce qui se trouve sur son chemin. Le sous accordage de Speech Of Freedom  semble lointain. La réelle surprise viendra de la basse qui s’offre une place de choix sur cet opus. Entre slap dantesque (No Way ou Take Control) et croches survoltées c’est un festival qui nous est offert, où la technique au service du groove ultime fait mouche sur chaque note.

Du reste, BBA ne s’évite pas quelques écueils sans cela on aurait eut un carton plein. Car la véritable force de frappe c’est la joute vocale qui s’opère sur son duo de frontmen. Avec Arno, et sa voix caverneuse, le jeu de pin-pong atteignait son paroxysme ; ici l’effet est laissé au vestiaire. Le pauvre Shaun est complètement noyé dans la masse, il est tout simplement impossible de dissocier les deux vocalistes. Poun est toujours autant sur-mixé et ses délires hysterico-criards semblent presque insupportables par moment. Quelques fautes de gouts flagrantes entachent également le tableau, notamment sur les quelques refrains au chant clair très largement surmixé et surjoué.

 

C’est un donc un sentiment très partagé qui se dégage à l’issue de l’écoute de ce EnemiesOf The State. Musicalement, on sent un regain de forme chez BBA, mais le disque pêche par une production un poil trop léchée sur les passages les pus aériens et un second chanteur bien trop en retrait. Reste toujours l’énergie et l’efficacité de composition qui réservent leurs lots de sang et de sueur sur scène ! Sur disque, le prochain coup sera surement le bon !

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports