BLACK SABBATH - Black Sabbath

Chronique

Pochette de l'album Black Sabbath par Black Sabbath
  1. Black Sabbath
  2. The Wizard
  3. Behind The Wall Of Sleep
  4. N.I.B.
  5. Evil Woman (Don't Play Your Games With Me)
  6. Sleeping Village
  7. Warning
  8. Wicked World

Site(s) du groupe :

MySpace de Black Sabbath Site web de Black Sabbath
Par Mindkiller

Publié le 08/09/2012

Télécharger légalement

C'est en 1969, devant l'entrée d'un cinéma et pour un film d'horreur qu'Ozzy Osbourne décide de donner un autre nom au groupe dans lequel il chante avec Toni Iommi, Bill Ward et Geezer Butler. Ce groupe a tourné pendant plus d'un an sous le nom de Earth. Le film d'horreur en question donnera son nom au plus célèbre groupe de hard rock au monde qui inventa le heavy metal : Black Sabbath. Ce nom convient d'autant plus que le bassiste, parolier principal du groupe, se trouve un penchant de plus en plus certain pour l'occulte.

En 1968, le groupe de reprise jazz et rock bluesy The Polka Tulk Blues Band voit sa fin arriver puisque leurs deux derniers concerts sont donnés. Mais ce n'est que pour adopter le nom de Earth. Au départ le groupe ne fait que des reprises. Mais l'énergie scénique du groupe est vite repérée par un producteur qui les fait rentrer en 1970 en studio pour enregistrer leur premier single : Wicked World. Très vite, le groupe compose sept autre pièces qui ont marqué à jamais le hard rock et qui fait entrer dans le jargon du rock un nouveau terme : Heavy Metal. Terme trouvé par un magazine pour définir la lourdeur de la musique du groupe.

Car oui, la lourdeur est impressionnante pour l'époque. Rien que le premier titre se veut lourd, poisseux, inquiétant. En effet, le morceau titre et éponyme au groupe fonctionne sur trois notes ainsi qu'un clocher sonnant. Le ton est tout de suite donné. D'autant plus que les paroles sont fondamentalement orientées vers l'occulte ("Satan's sitting here, he's smiling"), la venue du diable et de ses diverses tentations. Autant dire que l'atmosphère lourde jouée sur trois notes de guitares, et une batterie donnant juste un rythme apocalyptique fait froid dans le dos à une époque ou l'on était pas habitué à un style orienté vers le doom. De plus la voix d'Ozzy surplombant le tout ne fait qu'accentuer cette atmosphère pesante. Et c'est quasi tout l'album qui est dans cette tonalité. Car N.I.B. avec son solo de basse en intro et cette atmosphère torturée, certes moins que Black Sabbath, enfonce le clou. Sleeping Village sera dans la même veine que Black Sabbath avec un son de guitare orienté vers la musique de film d'horreur. La guimbarde, la ligne de basse tout en mélodies ainsi que la voix inquiétante d'Ozzy parachève cette ambiance. Cependant, très vite l'intro passée, le titre trouve une légèreté plus présente, même si le son reste cependant très lourd pour l'époque. C'est The Warning qui achèvera cette ambiance lourde. Le minimum instrumental est assuré dans la superposition d'instruments. Basse et guitare se laissant chacun son espace d'expression pour que seule la voix d'Ozzy, si particulière, ainsi que la batterie et sa descente de tomes propre à Bill Ward restent présentes.

A côté de ces titres sombres et peu usuels pour l'époque, on trouve aussi des titres plus dans la veine des premiers amours de Black Sabbath avant que le groupe n'opte pour ce nom. A savoir le rock jazz barré avec une grosse dose d'instrumentale. Ainsi, ce même Sleeping Village verra très peu de paroles. The Wizard, malgré un son lourd et assez sombre, conserve ce côté rock jazzy (que l'on appelle dorénavant progressif). Mais avec les influences limites psychédélique de la fin des 60's et début des 70's. Les influences conservées par The Polka Tulk Blues Band ont servies à faire ces musiques plus dans un style 70's tout en étant novateur. Et même si les titres comme The Wizard ne restent pas dans l'inconscient collectif (encore que), il n'en reste pas moins un titre intéressant, mais plus facilement lassant que des classiques comme Black Sabbath, NIB ou Behind The Wall of Sleep. Cependant il est certain que cet album est de loin le plus authentique du groupe.

En effet, il ne faut pas oublier que le groupe ne vient pas du tout du hard rock à la base, même s'il s'en inspire, mais plutôt de groupes comme Cream et toute la scène jazz rock des 60's. Ainsi on a avec ce Black Sabbath l'album le plus authentique du groupe par rapport à leurs influences premières. Les albums suivants creuseront un peu plus le côté lourd et hard rock du groupe abandonnant petit à petit le côté jazz rock qui faisait aussi la force de Black Sabbath. Il est à noter que cette album suscite une légende et une polémique. La légende veut que la femme apparaissant sur la pochette est un élément apparu après l'impression du document original. Le polémique elle, veut que les pontes de Vertigo, le label originel du groupe, auraient d'eux mêmes glisser une croix renversée à l'intérieur du livret pour rendre l'image occulte plus poignante et ce sans l'aval du groupe.

Toutefois, nous avons ici la première pièce de la première Sainte Trinité de Black Sabbath. Un album incontournable.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports