BLUT AUS NORD - Memoria Vetusta III: Saturnian Poetry

Chronique

Pochette de l'album Memoria Vetusta III: Saturnian Poetry par Blut Aus Nord
  1. Prelude
  2. Païen
  3. Tellus Matter
  4. Forhist
  5. Henosis
  6. Metaphor Of The Moon
  7. Clarissima Mundi Lumina

Site(s) du groupe :

Site web de Blut Aus Nord
Par Dzo

Publié le 30/10/2014

 

A peine a-t-on le temps de se remettre de nos émotions du split avec P.H.O.B.O.S, qu’il est déjà l’heure pour nous, pauvres mortels, de découvrir la troisième partie de la série Memoria Vetusta, une œuvre attendue par bon nombre de fans qui ont peut-être eu plus de mal à s’adapter aux dernières productions de l’inépuisable Vindsval, véritable machine à produire de sons venus d’ici et d’ailleurs.

Memoria Vetusta III : Saturnian Poetry reprend là ou son prédécesseur s’est arrêté, arborant, une fois n’est pas coutume, un artwork aux teintes saisissantes signé Necrolord, qui a notamment réalisé les mythiques pochettes de Dissection, Emperor, Bathory et Dark Funeral, pour ne citer qu’eux. Rien que le visuel vaut son pesant d’or, d’autant plus qu’il reste cohérent avec les deux précédents volets de la série.

Avec un album d’une telle maturité et avec un contenu aussi riche que complexe, il est difficile de rivaliser en la matière. Là où des centaines de groupes se copient les uns aux autres, ne délivrant souvent que des ersatz d’albums s’identifiant aux « légendes » du BM scandinave, Blut Aus Nord se terre, à des années lumières de cette population, pour naviguer à contre-courant et développer sa créativité exponentielle qui semble sans limite.

Nous quittons les sphères marécageuses des sonorités industrielles et torturées d’un The Work Which Transforms God pour se replonger dans les notes astrales qui ont construit la légende Memoria Vetusta depuis toutes ces années. Une structure nettement plus axée Black Metal sans dissonance, mais toujours avec ce grain qui fait que l’on reconnait immédiatement la patte de BAN.

La puissance de ce nouvel album réside dans sa diversité mêlée à la puissance qui le caractérise; une musique partagée entre instants mélodiques, presque épiques (‘Païen’, ‘Forhist’), d’autres plus primaires évoluant dans un Black Metal puissant et réfléchi (‘Tellus Mater’). Il y a également ce côté très aérien qui intervient avec des morceaux comme ‘Henosis’Vindsval s’adonne à un chant clair ascensionnel qu’on retrouvait déjà sur la trilogie 777.

Si la production impeccable met soigneusement l’instrumentation en avant, la voix très cru, grasse et éraillée de Vindsval officie quant à elle au second plan, presque un peu trop en retrait par moment à mon goût.

Chaque titre est une envolée vers un paysage à la fois sombre et fascinant, mais certains se démarquent clairement, comme l’enchaînement de ‘Prelude’ et ‘Païen’, aussi riche et prenant que les deux premiers titres sous la même formule sur MV II; ‘Henosis’ avec ses allures lumineuses ou le mystique ‘Clarissima Mundi Lumina’, mélange habile entre la brutalité du blast beat de Thorns (présent dans le groupe depuis le précédent split que j’évoquais plus haut) et sonorités mélodiques si propres à Blut Aus Nord, et plus particulièrement à cette thématique Memoria Vetusta lancée il y a dix-huit ans.

Ce que j’aime aussi en écoutant une série d’album qui se suit dans le temps, c’est retrouver quelques petites similitudes, aussi discrètes soient-elles, qui relie les albums les uns aux autres. C’est chose faite ici avec des passages dispersés par-ci par-là sur différentes pistes qui nous replonge dans les deux précédents volets. Exemple avec ‘Forhist’ et son jeu de guitare acoustique qui scinde le morceau; les maillons s’imbriquent dans une parfaite osmose avec MV II, et le lien paraît plus qu’évident.

Corrélation parfaite entre Black Metal et paganisme, ce troisième volet de la série Memoria Vetusta est bien plus qu’un album, c’est tout un symbole, un voyage des sens. Mélange entre brutalité, mélancolie et mysticisme, BAN ne dévoile pas son talon d’Achille, mais bien qu’il est un maillon essentiel dans la sphère musical extrême d’aujourd’hui et de demain.

En cette période d’automne où les montagnes se terrent petit à petit dans la brume, l’écoute de ce nouvel opus ne pouvait tomber à un meilleur moment de l’année, et prend ainsi toute son ampleur pour apprécier et se délecter des poèmes saturniens.

“Memoria Vetusta is NOT a triology…”

Tels sont les mots de Vindsval il y a quelque semaines, autant dire que le voyage Memoria Vetusta est loin d’être fini et nous promet encore des jours heureux. A mes yeux (et surtout mes oreilles), indéniablement l’un des meilleurs albums de Black Metal de cette année.

En écoute sur le Bandcamp de Debemur Morti  ici.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports