BLUT AUS NORD - The Work Which Transforms God

Chronique

Pochette de l'album The Work Which Transforms God par Blut Aus Nord
  1. End
  2. The Choir Of The Dead
  3. Axis
  4. The Fall
  5. Metamorphosis
  6. The Supreme Abstract
  7. Our Blessed Frozen Cells
  8. Devilish Essence
  9. The Howling Of God
  10. Inner Mental Cage
  11. Density
  12. Procession Of The Dead Clowns
  13. Mighty Trust Krusher (Godflesh cover)

Site(s) du groupe :

Site web de Blut Aus Nord
Par Dzo

Publié le 30/08/2013

 

Parfois, un album vous parle tellement, qu’il vous paraît impossible de pouvoir mettre des mots sur ce que l’on ressent en l’écoutant. Un peu comme si cet album en question était ancré en vous, coulait dans vos veines et s’avérait presque indissociable de sa propre personne. C’est mon cas lorsqu’il y a quelques années, j’ai découvert par hasard The Work Which Transforms God de Blut Aus Nord, opus qui m’a sans doute marqué à jamais, que ce soit par son noyau dur de dissonance, son aspect si peu conventionnel à la scène Black Metal et ce ton froid, mécanique et surtout si déshumanisé qui le caractérise.

Oui, à mes yeux, TWWTG s’avère presque comme la pièce de la perfection, l’album qui à chaque écoute, plongé dans l’obscurité, bouscule mes sens, me bouleverse tellement je me retrouve dedans. 

Paru il y a de ça déjà dix ans, il est évident que TWWTG est sans nul doute l’élément de référence dans la discographie si riche de Blut Aus Nord. Après un tryptique qui a divisé certains fans (mais pas moi), Debemur Morti ressort une riche réédition avec un artwork signé Valnoir Lautrec en collaboration avec Dehn Sora comme c’était le cas pour 777 – Cosmosophy. Artwork qui n’a plus grand-chose à voir avec l’ancien, qui représentait l’homme de Vitruve de Léonard de Vinci.

Il est difficile de décrypter un tel monument, tant il est riche et complexe à la fois. Il est évident que ce type d’album, longue traversée d’un monde dénué d’humanité et de lumière, transmet des émotions froides souvent indescriptibles.

La lourdeur de Godflesh qui se mêle à la froideur de Burzum avec des atmosphères empruntées à Lustmord, voilà qui aurait de quoi donner un indice à l’auditeur néophyte qui ne sait pas dans quoi il se lance en écoutant TWWTG. De toute manière, soyez en sur, qu’il adhère ou pas à la musique du groupe, il n’en ressortira pas indemne.

Preuve que BAN navigue souvent à contre courant, le premier titre se nomme simplement ‘End’, une courte intro minimaliste qui représente d’emblée la froideur de l’opus. Il est presque impossible de comparer TWWTG à un autre album; que ce soit dans la discographie de BAN ou même avec une autre formation. En effet, c’est le premier opus de la discographie des français à sonner aussi dissonant et industriel, s’éloignant du Black plus conventionnel de Memoria Vetusta et The Mystical Beast Of Rebellion. Plus tard, Blut Aus Nord poussera le vice avec le jusqu’en-boutiste MoRT, sans aucun doute l’album le plus inaccessible que je n’ai jamais écouté.

‘The Choir Of The Dead’ arpente des sentiers marécageux, soutenu par une violence exacerbée qui met rapidement l’auditeur dans l’ambiance avec ses riffs dissonants et son tempo de batterie soutenu. Le chant de Vindsval jongle entre voix torturée et cris glaçant, mêlé à cette lourdeur déstructurée des guitares et ces sonorités industrielles qui donnent immédiatement un sentiment de malaise profond.

‘The Fall’, qu’on pourrait presque retrouver sur un album de Lustmord que je citais plus haut, vient apaiser un court laps de temps l’atmosphère. Mais cette piste n’est qu’une accalmie avant l’asphyxiante ‘Metamorphosis’. Si des morceaux comme ‘Axis’ brillaient par leur brutalité, ce dernier navigue dans des mouvances plus spectrales, donnant un sentiment d’oppression avec ces riffs de guitares en perpétuelles oscillations.

La tempétueuse ‘The Supreme Abstract’ nous replonge dans une noirceur abyssale avec un chant possédé à vous glacer le sang. L’ambiance est suffocante, les guitares suintent de la crasse, le blast de la batterie est écrasant, réduisant à néant toute forme de luminosité ou d’ondes positives.

Impossible de passer à côté de ‘Our Blessed Frozen Cells’, sans nul doute la piste la plus bouleversante de l’album, marquée par une grande mélancolie et des guitares aériennes sur les dernières minutes du morceau qui bouleverseront l’auditeur, déjà tourmenté par tout ce qu’il vient de traverser. Indéniablement le point culminant de TWWTG. ‘Devilish Essence’, piste uniquement composée au piano, est là aussi bluffante, que ce soit par l’ambiance qu’elle dégage et par la froideur qui la caractérise.

The Howling Of God’ est un peu du même acabit que ‘The Supreme Abstract’, toujours très habilement composée, de telle sorte qu’aucune linéarité ne puisse s’installer, même s’il est clair qu’un opus de ce type demande énormément d’écoutes pour le cerner.

L’oppressante et immersive ‘Inner Mental Cage’ plante une fois de plus le décor d’un univers résolument noir et lugubre qui nous incite à nous rabattre dans nos derniers retranchements.

La traversée se conclut sur ‘Procession Of The Dead Clowns’, un titre instrumental de près de dix minutes d’une mélancolie maladive, plus éthéré, mais pas moins puissant pour autant, au contraire. Un tempo lent, une guitare plaintive avec un riff saisissant qui tourne sur lui-même.

Sur cette réédition 2013 figure également en bonus ‘Mighty Trust Krusher’, reprise du monument Godflesh retravaillée à la sauce Blut Aus Nord, morceau qui figurait à la base sur un tribute du groupe anglais.

Nul doute qu’un travail de fourmis a été fourni par le groupe pour en arriver à un tel niveau; réussir aussi brillamment à créer un univers aussi conceptuel et déroutant que celui-ci n’est pas à la portée de tout le monde. Là ou beaucoup ont échoué, Blut Aus Nord sort inexorablement et définitivement du lot du Black dit conventionnel avec TWWTG, allant même jusqu’à le propulser en tant que référence du genre. Un voyage mental immersif qui ne laissera personne indifférent.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports