CANDLEMASS - Death by lover

Chronique

Pochette de l'album Death by lover  par CANDLEMASS
  1. Death by lover
  2. Sleeping Giant
  3. Sinister and Sweet
  4. The goose

Site(s) du groupe :

Site web de CANDLEMASS
Par olivier no limit

Publié le 21/06/2016

 

Leif Edling, bassiste et compositeur du groupe CANDLEMASS est parjure. Effectivement il avait promis ne plus sortir d’album et voilà que pour les trente ans du groupe il nous octroie ce petit EP « death by lover », qui pour quatre titres dure la bagatelle de 26 minutes. C’est également l’occasion de capturer la voix de Mats Leven qui joue live avec eux depuis 2012 mais qui avait déjà enregistré les démos de « king of the grey island » en 2006 ; après on pardonne à Leif de ne pas avoir tenu parole, car cette année marque le trentième anniversaire du groupe ; d’ailleurs, est sorti, pour souhaiter cet anniversaire, « « behind the wall of doom » un coffret plus que conséquent qui devrait ravir les fans. Quant à la musique….

En quatre morceaux, CANDLEMASS remet les pendules à l'heure et fait regretter qu'ils ne fassent plus de vrais albums.Les deux premiers titres s'avèrent comme étant des compositions marquantes, de vrais hits, de superbes morceaux ; « death thy lover » avec son refrain légèrement épique et très accrocheur, soutenu par un riff qui rehausse le tout d’une petite mélodie entêtante. « Sleeping Giant »lui, est nanti d'une suite d’accords puissants, très proches de ce qu'aurait pu pondre BLACK SABBATH. Enfin « Sinister and Sweet » n'est pas en reste non plus, car tout aussi enjôleur que ses deux compères, de par sa mélodie, ses plans de guitare comme ce riff, qu’on retrouve à la fin et qui auraient pu être issu d'un old URIA HEEP. « the goose », quant à lui, est un instrumental qui se passe de mots tant il développe une atmosphère très doomesque ; en fait ce 4 titres est très old school et c’est tant mieux, car il est vraiment bien fignolé…et heavy dans tous les sens du terme !

Des titres qui jouent beaucoup sur l'alternance, pour que leur musique ne soit pas linéaire, entre les arpégés et les riffs (Sinister N Sweet), les changements de tempos (death thy lover). Ce qui est amusant, c’est qu’en début de cet EP, on a le droit à des tempos assez rapides (pour du doom) et que plus on approche de la fin, plus les pulsations ralentissent, sans que cela affadisse l’ensemble.Le chant, quant à lui, s’inscrit bien dans la veine de leur metal apportant émotion et ce petit aspect légèrement linéaire qui épouse parfaitement leurs lignes musicales. Quant aux solos, ils sont classiques mais terriblement aguicheurs, genre heavy.

Je sais que le leader a connu un burnout mais si c'est son angoisse qui lui donne tant d'inspiration et bien qu'il se soigne de cette manière car ses compositions sont de premier ordre. Indispensable pour les fans en espérant quand même qu’ils en fassent d'autres de cet acabit, au risque d'être parjure. Perso je me suis passé les trois premiers titres jusqu’à l’obsession !

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports