CARNAL DECAY - On Top Of The Food Chain

Chronique

Pochette de l'album On Top Of The Food Chain par Carnal Decay
  1. These Hands Will Close Your Eyes Forever
  2. Indestructible
  3. Taste the Knuckles
  4. On Top of the Food Chain
  5. See You in Hell
  6. John 14:6
  7. Breaking Down Walls
  8. We All Bleed Red
  9. Shut The Fuck Up

Site(s) du groupe :

MySpace de Carnal Decay Site web de Carnal Decay
Par Giliath

Publié le 26/09/2011

 

Carnal Decay, disons qu’on pourrait le décrire comme un monstre à quatre têtes cracheur de décibels. Celui-ci est de nationalité suisse et composé d’Isabelle Iten (guitare), Michael Kern (chant), Nasar (basse) et Reto Ehrler (batterie). Depuis leur formation en 2002, Carnal Decay ne s’est pas essoufflé. Le groupe opte pour un travail régulier qui au fil des années nous permet de découvrir tous les deux ou trois ans le fruit de leur talent par des démos et albums. De plus, il n’a pas cessé de se faire connaître sur la scène européenne et mondiale en partant pour des tournées et concerts avec d’autres groupes de mêmes influences. Ils se  construisent leur notoriété en enflammant les scènes avec leur brutal death metal. Accompagnés de grands groupes comme Malignancy (death grind US), de Rotenness (death brutal mexicain) ou encore de Covenance (death brutal US), ils jouent sur  des festivals comme le Mountains Of Death (suisse) ou encore l’Obscene Extreme (République Tchèque). Leur activité est telle que le mois d’octobre et novembre pour eux sont déjà complets avec l’European Tour et l’Insane Insanity à Zurich. Pour eux, rien n’est terminé avec un troisième album, dernier né, intitulé On Top Of The Food Chain.

Le thème principal de l’album porte sur la place de l’être humain sur terre. Il faut savoir que l’album compte neuf titres et que ceux-ci  risquent de vous faire tomber raide de fatigue par cette sauvagerie et cette violence assénée. Avec le premier titre intitulé These Hands Will Close Your Eyes Forever, on attaque sec avec un ensemble radical. On a l’impression de se retrouver sur un terrain miné. La rythmique rapide est soutenue par des blasts beats. Le chant est grave et gore. Le chant grunt du chanteur est typique du grind et très bien maîtrisé. A noter aussi, la voix qui fait écho au chanteur réplique tout en criant. Côté guitare on est sur des riffs répétitifs rapides eux aussi. L’ensemble est une pure folie relativement technique et saccadée au niveau de la structure musicale. Beaucoup de travail se dégage avec une grande précision. Le titre est aussi long que le morceau pour ce type de metal qui fait quasiment 5 minutes. Les titres suivant suivent le même schéma de rythmique. Par contre avec le titre éponyme à l’album, on est sur un morceau qui débute frénétiquement et qui par la suite aborde un rythme un peu plus posé. Le chant reste égal à lui-même, très saccadé et difficile à comprendre. La basse est majoritairement rythmique. Très discrète et quasiment inaudible. Le premier plan revient au chant grunt , à la guitare ainsi qu’ à la batterie qui dispose d’un son sec, agressif et mitraillant. Petit sampler pour le titre John 14 :6 en introduction. Les riffs de guitare de ce morceau sont bien trouvés et il faut noter qu’il s’agit d’Isabelle Iten, guitariste du groupe qui est la créatrice avec le chanteur Michael Kern de la structure musicale. Dans ce domaine musical qu’est le brutal death ou le grind, on est confronté très souvent à un niveau technique élevé que ce soit pour la guitare, la batterie ou la basse qui doit offrir une rythmique adaptée. Le titre We All Bleed Red nous donne la sensation que le batteur cherche à nous offrir un nouveau record de vitesse. Ce morceau doit nous offrir le plus de variations en termes de vitesse. Nous ne cessons pas de jouer avec ces variations, on rétrograde par la suite pour s’élancer et prendre encore plus de vitesse. La guitare est toujours aussi agressive, stridente par moment, créant un contraste avec le chant qui reste dans les graves et nous descend à ras les pâquerettes. 

En parlant de la pochette, elle est très sympathique et pourrait nous faire penser à un groupe de thrash par son graphisme. Perdu, vous vous apercevrez très vite par le logo et la musique qu’ici le thrash n’est pas à l’ordre du jour. Il est sombre et difficilement lisible comme pour beaucoup de groupes de grind, de death et bien sûr de black. En premier plan, on peut nettement distinguer un homme tout au sommet de la fameuse chaîne alimentaire d’où le nom de l’album. C’est le seul à ne pas être tué. Les animaux sont tous tués par l'homme par supposition et dans la logique de l’album. En arrière plan on peut distinguer une tête de mort. Il s’agit d’une illustration très colorée et originale pour ce type de musique. Elle est intéressante car elle raconte une histoire.

Autant dire que cet album est une véritable boucherie très peaufiné et travaillé. Ce dernier né est à remettre dans toutes les mains de nos amis grindeux et deatheux, amateurs de gros sons. Pour les autres, cela risque de représenter plus du bruit qu’un album intéressant à écouter alors passez votre chemin.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports