CARNIFEX - Until I Feel Nothing

Chronique

Pochette de l'album Until I Feel Nothing par Carnifex
  1. Deathwish
  2. We Spoke of Lies
  3. A Grave to Blame
  4. Dead But Dreaming
  5. Creation Defaced
  6. Dehumanize
  7. Until I Feel Nothing
  8. Never Forgive Me
  9. Wretched Entropy
  10. Curse My Name

Site(s) du groupe :

MySpace de Carnifex
Par Niklas

Publié le 07/12/2011

Télécharger légalement

Presque un an jour pour jour après la sortie du très bon Hell Chose Me, Carnifex a décidé de remettre le couvert, toujours chez l'écurie Victory Records. Il faut battre le fer tant qu'il est chaud comme dirait l'autre, à condition de ne pas tomber dans la redite.

Même si les californiens avaient pris soin de nous préparer via leurs différents webisodes quand au contenu dudit album, difficile de ne pas cacher sa crainte. En effet, malgré le peu de chance de voir Carnifex sombrer dans l'insupportable dubstep; la proximité des deux albums peut être rédhibitoire. Si peu de surprises jalonne les pistes de cette galette, le combo a très peu subtilement évité les pièges. Carnifex reste dans ce qu'il sait faire de mieux: bourriner, et confirme surtout la direction prise sur le précédent effort. Mettant le côté core légèrement entre parenthèse pour réellement mettre en exergue le (Death)metal. Et c'est peu de dire que ça Blast à tour de bras sur ce Until i Feel Nothing. La double pédale bien huilée et les trémolos picking achèveront le massacre de tympan en régle avec une précision chirurgicale et une force d'impact tout à fait jouissive!

Néanmoins, réduire ce nouvel opus à du bourrinage pur et simple serait (un peu) regrettable. Car Carnifex a pris soin de pousser un peu plus loin leurs idées avec l'incursion très subtile de mélodies dans un riffing parfois proche de ce qu'a pu produire The Black Dahlia Murder, ou comme le montre l'ouverture de Curse My Name. Et si cela paraît incroyable de placer le mot "subtil" dans une chronique de Carnifex,  la présence de claviers sur A Grave to Blame l'est tout autant, ou encore lorsqu'il accompagne l'arpège final de Until I Feel Nothing.
Plus généralement, il se dégage une atmosphère très sombre de la galette. Un côté sombre qui se retrouve jusque dans les textes de Scott Lewis, qui a semble avoir fait un gros effort sur l'écriture. En effet, sans parler de "concept album", les paroles sont assez homogènes autour de la mort, mais aussi de la souffrance qu'elle engendre ou encore de la rédemption. Le vocaliste assure, au pasage, sans doute une de ses plus belle performance sur ce disque, avec une voix moins caricaturée et un peu plus nuancée.
Malgré toutes ces nouveautés, Carnifex a fait attentoin de les introduire aux milieu de leurs mosh-parts et autres breakdowns qui leur sont carractérisques.
Il faut aussi souligner la production aux petits oignons de Tim Lambesis (frontman de As I Lay Dying) ainsi que le mastering de l'ami Alan Douches (Dillinger escape Plan, Fear Factory...).

Carnifex assure donc dans ce qu'il fait et évite le piège de la redondance, en accouchant d'un album bien ficelé. Mieux que ça, il confirme leur bonne forme du moment ajoutant de nouvelles cordes à leur arcs, juste ce qu'il faut pour ne pas dérouter l'auditeur averti. On pourrait presque parler d'album de la maturité, tant il tient bien la route. Carnifex qui s’octroie une belle place dans le Metal moderne et bien au delà du Deathcore, mais à côté des grand pontes du Death Metal moderne.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports