CONVERGE - No Heroes

Chronique

Pochette de l'album No Heroes par Converge
  1. Heartache
  2. Hellbound
  3. Sacrifice
  4. Vengeance
  5. Weight of the World
  6. No Heroes
  7. Plagues
  8. Grim Heart/Black Rose
  9. Orphaned
  10. Lonewolves
  11. Versus
  12. Trophy Scars
  13. Bare My Teeth
  14. To the Lions

Site(s) du groupe :

MySpace de Converge
Par .:Niklas:.

Publié le 19/08/2009

 

.:Hardcore:.

Est-il vraiment nécessaire de présenter Converge ? Sans doute l’un des groupe les plus (re)connu de l’underground. Cinq musiciens, qui au fil des albums ont réussit à bâtir une œuvre sans égal, et principalement depuis le révolutionnaire « Jane Doe ». Leader d’une musique extrême sur laquelle aucune étiquette ne collerait, le combo bostonien, fascine et dérange. Et voici le dernier né de ce que l’on appelle déjà la trilogie « Jane Doe », « You Fail Me » et « No Heroes », donc.

Chaque album de Converge est à la fois une œuvre à part entière, et pièce d’un ensemble presque indissociable. « No Heroes » ne dérogera pas à cette règle, bien au contraire. Que ce soit dans la composition, le son, l’artwork ou les paroles, Converge va toujours plus loin, peaufine son art et fait mouche.
Ce dernier opus a été enregistré par le guitariste émérite du groupe, Kurt Ballou. Son travail déjà remarqué sur les disques de Gospel ou Genghis Tron, sublime la démarche toujours plus jusqu’auboutiste de Converge. Cette production malsaine, mais maîtrisée qui met en exergue toute la noirceur des compositions de ce nouvel opus, plus apocalyptique que jamais. Ce sera la batterie à l’honneur où les parties dantesques de Ben Koller seront particulièrement mises en avant (flagrant sur "No Heroes"). Ce disque pourrait être perçu comme le chaînon manquant entre les deux précédents « Jane Doe » et « You Fail Me ». Mais, après plusieurs écoutes, force est de constaté qu’ils sont allés encore plus loin et ont franchi un autre cap.
En effet, si les brûlots, typiquement convergiens sont présents comme l’attestent les quatre premiers titres qui dépassent tout juste la minute. Le tempo est frénétique, les riffs tranchants, la voix de Bannon plus écorchée et enragée que jamais. "Weight Of The World" fera une première coupure, instrumentale, le tempo s’alourdi de façon considérable, on peut reprendre doucement son souffle. Puis c’est le monumental titre éponyme de l’album explose littéralement les enceintes ! Kurt Ballou envoie des riffs d’une précision remarquable, le couple basse batterie est en harmonie, l’ensemble est très technique et dévastateur. C’est à ce moment précis que le géni du groupe va s’envoler, et plus précisément à partir du morceau "Plagues". Alors qu’on aurait pu penser que le groupe avait pu tout faire en matière d’expérimentation de Metal/Hardcore extrême, le riff pachydermique introduit un morceau aux confluents du Doom et du Blues, venimeux et terriblement groovy. Imparable.

S’enchaine "Grim Heart/Black Rose", pierre angulaire de l’album qui fait le lien entre les deux grandes parties du disque. Ce morceau développe pendant plus de neuf minutes un Hardcore progressif partant d’une mélodie dépressive et complexe aboutissant à un chaos sonore dont seul Converge a le secret. A noter que la chanson est majoritairement chantée par Jonah Jenkins, qui assure une prestation pleine d’émotion heurtée aux hurlements déchainés de Bannon. Converge poursuit alors son exploration sans limite avec un "Orphaned" urgent et son break monstrueux, simple et efficace ! "Lonewolves" laisse entevoir l’espoir avec une émotion palpable, un morceau que les légendaires Orchid ne renieraient pas. "Trophy Scars" au groove assassin confirme que les Converge en veulent tout comme sur le très technique "Bare My Teeth". "To The Lions" met un point final brutal à l’album. Ultime boulet de canon de la formation, ce dernier ce veut dans la plus pure tradition Convergienne : rapide, sans concession, la clôture de l’album se fait dans le sang.

Vous l’avez compris, Converge fait une fois de plus un sans faute sur ce coup. Un disque aux aspérités plus prononcées mais encore plus passionnés également. Culte ? Seul l’avenir nous le dira, mais une chose est sûre, « No Heroes » marquera l’esprit, quel qu’en soit l’auditeur. Converge continue de creuser son sillon Hardcore dans les musiques extrêmes, et il convient de dire que ce disque demande beaucoup à l’auditeur. Le résultat est sans égal, et indispensable.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports