CRYPT SERMON - Out of the Garden

Chronique

Pochette de l'album Out of the Garden par Crypt Sermon
  1. Temple Doors
  2. Heavy Riders
  3. Byzantium
  4. Will of the Ancient Call
  5. Into the Holy of the Holies
  6. The Master Bouquet
  7. Out of the Garden

Site(s) du groupe :

Site web de Crypt Sermon
Par Mindkiller

Publié le 14/02/2015

 

On ne le dira jamais assez, la décennie qui aura le plus marqué le metal reste celle qui pris place à la fin des années 70. Combien de groupes formés à cette époque sont encore cultes à l'heure actuelle ? Et en combien de division s'est éclatée la branche heavy metal à cette époque ? Entre ceux qui ont accéléré les tempos, les ont alourdis, y ont rajouté du chant saturé ou une aura froide... Beaucoup de grands courants du metal sont nés à cette époque. Un nous intéresse plus que les autres avec l'album du jour. A savoir le doom. Non, oubliez le doom death dépressif, là je parle de doom à la Pentagram, Candlemass ou encore de la deuxième ère de Black Sabbath. Retenez bien ces groupes cités. Ils sont les influences majeures des jeunes américains de Crypt Sermon. Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils usent bien des codes du genre. Pas de doute le "revival" (si tant est que les genres soient morts et disparus à un moment) est toujours à la mode.

Crypt Sermon, autant dire que ce nom m'est plus qu'inconnu au moment ou je vois cet album défilé dans mes fichiers. Et pour cause, en dehors d'une cassette sortie en 2013, le groupe n'a rien fait de concret (en dehors de concerts sur la scène nationale / locale). Impossible pour nous donc de connaitre ce groupe à moins d'avoir les contacts nécessaires. Et pourtant ce groupe, avec ce premier album, place la barre déjà très haut. Si les photos promos du groupe n'étaient pas là, on pourrait croire que l'on a ici des vieux briscards de cette scène. Ce qui serait se tromper lourdement. Nous avons là des musiciens qui ont une trentaine d'années maximum. Bon, effectivement le guitariste du groupe est un ancien guitariste live de Vektor et beaucoup ont déjà eu quelques groupes à leur actif, ce qui aide pour le jeu qu'ils ont. Et c'est tant mieux. Imaginez un peu ce que donnerait Spiritual Beggars en version doom et sans claviers ? Oui, nous avons sensiblement cette même approche visant dans le rétro mais avec un amour et une passion flagrante. Ici on touche presque à l'épique, notamment avec le titre Into the Holy of the Holies qui fait arriver l'album à une dimension telle que l'on se laisse totalement porter par la musique. Mais avant tout c'est la cohérence et l'homogénéité entre les morceaux qui frappent. Si le premier titre séduit, il n'est là que pour nous appâter tant le tout est vraiment très bien maîtrisé. Alors certes, on peut leur reprocher leur manque d'originalité ou de prise de risques, ce qui est souvent le cas avec une formation donnant dans le old school. Mais la beauté qui est donnée dans ces morceaux, cette force et cette poigne est telle que l'on pardonnera ça sans aucun soucis. Il n'y a qu'à écouter The Master Bouquet pour s'en rendre compte. Certes ce morceau pourrait aussi faire penser à une face B de l'album Draconian Times de Paradise Lost les claviers et le son très moderne (pour l'époque) de l'album en moins, mais il prend aux tripes pour ne plus lâcher. Au point ou l'on regrette presque le fade out sur le solo final. Même si c'est peu original, on sent la maturité musicale des musiciens qui s'efforcent de donner leur maximum Un titre comme Out of the Garden par exemple donne dans la force et la mélodie alternant passage un peu plus violent et passage ultra mélodique, et comme le veut le genre, lent. 

Cependant, et c'est même plutôt appréciable, le groupe mise pour ce côté doom avant tout sur la mélodie et la construction. Pas de son ultra pachydermique et d'effets alourdissant le son de façon outrancière. Pas de volonté non plus de plagier Iommi dans les musiques. Le son est certes lourd, mais pas de façon exagérée ce qui est un plus non négligeable pour ce genre de musique. Alors certes, les die hard fans de Black Sabbath y trouveront un gros retour en arrière avec certains plans calqués sur l'ère Tony Martin de Black Sabbath, notamment dans le chant et sur certains passages de plusieurs titres (Temple Doors, Heavy Riders...). Mais malgré ce côté "j'apprends la production avec Air Studios" (studio qui a produit The Eternal Idol de Black Sabbath) il y a un gros effort de fait. Chaque instrument est parfaitement équilibré, chaque changement de son pour la guitare a été choisi avec minutie donnant encore plus de corps et d'ampleur à un album qui mérite clairement tout ça. Il est cependant dommage que le producteur de l'album ne soit pas crédité dans les notes que j'ai eu au sujet de cet album. A noter que la pochette a été réalisée par le chanteur lui même pour donner une dimension encore plus intimiste à l'album.

Si vous ne l'avez pas compris donc, cet album est une PEPITE. Tous les amoureux de "heavy doom" si l'on peut appeler ce genre ainsi doivent se ruer sur cet album. Une galette qui donne dans le doom épique et lècher qui fait est un pur bonheur. Bref, je pense que je détiens là LE coup de coeur du mois si ce n'est un de l'année 2015 par cet album tout simplement merveilleux. Bonne maîtrise musicale, bonnes compos, bonne voix, bonne production... pourquoi se priver !!!! 

 

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports