DAEDALION - Grande Dame Misere

Chronique

Pochette de l'album Grande Dame Misere par Daedalion
  1. Intro
  2. Les Mutilations Internes
  3. Destination Opposée
  4. SAEX
  5. Interlude
  6. Lex Mortis
  7. Grande Dame Misère
  8. Suivant l’Antique Serpent
  9. Mélancholie
  10. Le Chant Des Gargouilles

Site(s) du groupe :

MySpace de Daedalion Site web de Daedalion
Par Giliath

Publié le 26/11/2011

 

Faisons un petit tour en France, à Romans-sur-Isère plus exactement. Ce n’est pas pour une visite touristique mais pour un voyage auditif au cœur de l’univers du Black pagan metal. Nous découvrons un groupe nommé Daedalion fondé en 1996. Composé de quatre membres : Nayetan Erduq (chœurs/guitare),Thrasar (chant/basse), Forsete (guitare) et Sorthei (Batterie). 1996 n’est pas la date réelle ou le groupe a enfin trouvé son genre musical. Elle marque les débuts d’un groupe exploitant le genre brutal Death. Ils n’adhérent au black metal qu’en 2003. Avec une première démo datant de cette même année intitulée Ad Sacrificium Offerre Corpus Meum. Daedalion est né de l’idée d’un seul membre qui est Nayetan Erduq. Qu’en est-il maintenant ? Il y a eu prolifération, quatre membres sont au service d’un black metal mêlant les influences trash et médiéval, tous ceci intégré à un black metal pagan. Le groupe Daedalion nous présente son deuxième opus intitulé Grande Dame Misères sorti en octobre 2011. De la  bouteille, ils en ont grâce à des tournées en France avec des groupes tels que Impaled Nazarene, Temple OF Baal, Inkisitor, Crystalium, Hysteria, Blacklodge ou encore Darkrise. Alors est-ce que leur musique est aussi cruelle et belliqueuse que le personnage du nom du groupe tiré de la mythologie grecque ?

Il est intéressant de constater que les titres sont en français dans l’ensemble. Cela donne une touche originale un peu moins traditionnel du black metal, un black francisé. Attention aux apparences trompeuses de l’introduction qui reste relativement sobre et posée. Elle comprend un passage réservé aux guitares avec une touche de batterie des plus discrète jusqu’à son lancement en milieu d’introduction. Tout se développe tranquillement, des riffs de guitares aux mélodies. Le reste sera beaucoup moins de tous repos. Dès la seconde piste nommé Les Mutilations Internes, nos oreilles en prennent un sacré coup. Tout se déchire, la musique est comme mutilée. L’ensemble instrumental déploie sa plus grande rage et son ingéniosité musicale. Le chant est tous ce qu’il y a de plus black metal avec des cris mêlant expressivité et variations dans le jeu. Tous se déroulent non comme un fleuve tranquille mais comme un torrent dévastant tous sur son passage. La seule déception à la vision des titres français est l’incompréhension totale des paroles exceptées sur le titre Saex ou il peut y avoir une certaine compréhension. Mais peu importe, on parle bien sûr de black metal et il ne s’agit pas d’une douce poésie. Tout comme l’introduction, la troisième piste intitulée Destination opposée fait appel à une certaine musicalité sereine avant de faire couler le sang et déployer toute la force obscure d’une telle horde. Même si le groupe envoie la boucherie pour ses titres, on ressent le soucis de création en ce qui concerne la musicalité. Ceci est aussi prouvé par le titre Mélancholie. Un titre qui s’écoute dans une paix retrouvée après une telle persuasion dans l’exécution des morceaux jusqu’ici regroupant force, violence et mélodie. Tout est harmonisé et cadre parfaitement avec les influences. Daedalion dans ses compositions, réussit à mêler les opposés et gérer les contrastes en marquant ces changements d’ambiances. Des sampler de vent et une voix qui murmure des mots sont utilisés pour donner plus de personnalité et de cachet au titre Mélancholie. Comme l’essentiel des titres de l’album, les guitares utilisent une grosse saturation et la rythmique s’emballe au son de la voix du chant crié sorti tout droit de tous les maux et des souffrances du monde. Le petit interlude en milieu d’album sert à relancer le reste de l’album en proposant quelques notes de piano accompagnées de rire relativement stressant et angoissant dans le contexte. Le piano par ses notes répétitives et graves aide à donner cette ambiance malsaine et maudite. Un album qui s’écoute très bien avec des détails et une musicalité des plus intéressantes.

Pour ce qui est de l’artwork de la pochette, il s'agit d'un dessin sobre en noir et blanc d’un personnage certainement muni d’une soutane indiquant un chemin et d’un arrière plan d’arbres. Un sentier qui se présente relativement obscure et bordé d’arbres qui pourraient s’apparenter à des êtres malveillants. Il s’agit d’une couverture relativement détaillée et collant parfaitement au style de la musique.

Daedalion est un groupe par son niveau et sa créativité qui risque fortement de faire des vagues dans le milieu du black metal. Il se pourrait bien que leur notoriété monte en flèche et qu’on les retrouvent ailleurs que dans des concerts locaux en France.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports