DARKENED NOCTURN SLAUGHTERCULT - Necrovision

Chronique

Pochette de l'album Necrovision par Darkened Nocturn Slaughtercult
  1. Aura
  2. Omnis Immundus Spiritus
  3. Primordial Sapphirine Driplets
  4. In The Hue Of Night
  5. Coronated Spheres Of Adversity
  6. The Eviscerator
  7. Fundaments Of Seminal Knowledge
  8. Upon My Arrival
  9. Necrocosmic Vision

Site(s) du groupe :

Site web de Darkened Nocturn Slaughtercult
Par Dzo

Publié le 28/02/2013

 

Désormais connu comme le loup blanc, c’est pourtant avec une discrétion déconcertante qu’est paru ‘Necrovision’, cinquième full-lenght des teutons de Darkened Nocturn Slaughtercult, album sorti comme ses prédécesseurs chez War Anthem en ce début d’année 2013.

Difficile de rester indifférent face à l’énigmatique frontwoman Onielar à la chevelure flamboyante et au jeu de scène blasphématoire en concert, DNS est depuis quelques temps sur toutes les lèvres du blackeux moyen, les opus de la formation s’avérant être d’une qualité plus qu’honorable par rapport à beaucoup de productions insipides qui sortent en masse aujourd’hui. Mais ce nouveau méfait est-il digne de faire parler de lui?

A en juger par la pochette plus sobre que ses prédécesseurs mais au message toujours sans équivoque, et un logo remis au goût du jour, le groupe n’a visiblement toujours pas l’intention de descendre d’un cran en matière de bestialité, à l’image du pentagramme artisanal composé de bras humains

Après une intro incantatoire qui nous laisse juste le temps d’allumer quelques bougies et d’égorger un escargot en guise d’offrande à Satan, que démarre ‘Omnis Immundus Spiritus’, un morceau hystérique qui contient tous les ingrédients types de DNS. Froid, rapide, ostentatoire et impitoyable. La voix d’Onielar est un peu plus en retrait que sur les albums précédents, laissant d’avantage de place aux instruments, soutenus par une production juste à point pour ce type d’opus. La dernière partie du morceau se veut particulièrement mélodique, tout en gardant ce côté glacial.

S’en suit ‘Primordial Sapphirine Driplets’, nettement plus classique, caractérisée par les cris aiguës atypique de la chanteuse polonaise.

Jusque là, on pourrait se dire qu’on a à faire à un album de Black tout à fait classique, mais voilà, Darkened Nocturn Slaughtercult a ce feeling en plus que beaucoup d’autres groupes n’ont pas, et qui permet à l’auditeur de traverser l’album sans que l’ennui ne puisse s’installer.

Tout comme ‘Saldorian Spell’ que je trouvais particulièrement réussi, ‘Necrovision’ compte également son lot de passages très accrocheurs, que ce soit avec des passages groovy, mid-tempo, parfois limite Black’n’Roll notamment sur ‘In The Hue Of Night’, qui est un des meilleurs morceaux de l’opus, ou encore sur l’ouverture de ‘Coronated Spheres Of Adversity’.

C’est ce genre de détails qui font sortir un album du lot plutôt qu’un autre qui se contenterait de débiter des notes sans réelle âme.

La voix granuleuse d’Onielar est toujours aussi haineuse et viscérale, tandis que le jeu de batterie de Horrn s’avère, une fois de plus, impeccable et appréciable. Ce batteur est une véritable valeur ajoutée pour la formation, son jeu étant assez diversifié malgré le style qui se veut souvent redondant.

‘The Eviscerator’ est sans doute le passage le plus bestial de cette galette, ne laissant place qu’à un déluge de riffs ravageurs et de blast beats, suivi de près par ‘Fundaments Of Seminal Knowledge’ qui est du même acabit, avec un soupçon de mélodies en plus.

Même en arrivant vers la fin, l’album ne s’essouffle guère et ne perd pas en intensité, puisqu’en avant dernière piste figure ‘Upon The Arrival’ , qui, avec ses fausses allures de Carpathian Forest, est également très réussi.

L’envolée martiale se termine sur ‘Necrocosmic Vision’, caractérisé par des choeurs discrets rappelant un peu ceux présent sur l’album ‘Tetra Karcist’ d’Enthroned. Le morceau est séquentiel, arpenté de breaks, notamment avec des passages très mélancoliques à la guitare sèche dans la deuxième partie du morceau, ce dernier s’étalant sur près de huit minutes. Une piste très réussie qui prouve une fois de plus le potentiel indubitable de Darkened Nocturn Slaughtercult, et qui clôture ce voyage funeste avec élégance, si je puis dire. Là aussi, probablement un des meilleurs morceaux de ‘Necrovision’.

Sans apporter de grandes nouveautés, l’entité DNS reste fidèle à elle-même en maintenant sa trajectoire dans un black haineux conventionnel, style que le groupe maîtrise de mieux en mieux en y ajoutant sa touche personnalisée, qui fait que la plupart des morceaux restent captivant.

‘Necrovision’ reste dans la lignée de ce que l’on connaît déjà du combo allemand, mais si ‘Saldorian Spell’ s’avérait réussi, ce nouvel opus place la barre encore un cran au dessus en matière de qualité de compositions et d’ambiances lugubres et ésotériques. Un album que l’on peut ajouter à sa collection sans prendre de risques, DNS étant désormais considéré comme une valeur sûre du BM.

 

 

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports