DECAPITATED - Anticult

Chronique

Pochette de l'album Anticult par DECAPITATED
  1. Impulse 06:01
  2. Deathvaluation 04:23
  3. Kill the Cult 04:40
  4. One-Eyed Nation 04:59
  5. Anger Line 03:44
  6. Earth Scar 05:09
  7. Never 06:04
  8. Amen 02:49

Site(s) du groupe :

Site web de DECAPITATED
Par olivier no limit

Publié le 19/07/2017

Télécharger légalement

DECAPITATED. Jadis pratiquant un death brutal technique, ce groupe Polonais, fin 2007, subit un accident routier. Vitek, leur batteur décède à 23 ans, le 2 novembre 2007 et leur nouveau chanteur Covan survit, mais dans un état critique. Vogg , guitariste et seul membre fondateur reforme Decapitated, et le groupe publie en 2011 son cinquième album, « Carnival Is Forever ». Puis s’ensuit « Blood Mantra » publié en 2014 mais qui marque un vrai virage dans la musique de ce groupe. Et ce nouvel opus, nommé « Anticult » en est un témoignage supplémentaire.

 

Alors que font-ils maintenant, dans quelle gamme explosent ils leur rage ? Et bien on va dire qu’ils donnent dans un mix death/thrash à la sauce fortement teintée de groove metal. Le riffing peut être très prenant, hypnotique comme pour « Impulse » ou sauvage (Deathvaluation). Il faut dire que leurs rythmiques font preuve d’une densité dure comme le granit, et parfois boostés avec une batterie en forme de déflagration, de tir de barrage. De plus, ils leur arrivent de poser, soit en intro (Impulse), soit en plein milieu d’un titre, une sorte d’ambiant musclé, assez proche d’un progressif inquiétant et particulier (Earth Scar). Je pense notamment à « One-Eyed Nation », qui débute sur des blast beat à gogo, accompagné d’un death nanti d’une coloration à la limite du black ; ça pulse à fond et d’un seul coup, sans prévenir, après trois petites notes de piano , on se retrouve immergé dans un autre monde, plus calme mais tout aussi flippant qu’un jour qui n’en finit pas. La transition est brusque, inattendue.

 

Pour rajouter une nuance supplémentaire à leur musique, la voix du hurleur de gosier me rappelle celle de Gary Meskil, du moins on est proche du hardcore de PRO PAIN au niveau du feeling, de l’impact dégagé par ce qui sort du micro. Voilà un album qui vaut son pesant de décibels, car fabriqué à l’aide d’ingrédients qui en font un plat , je trouve, d'un gout assez particulier. C'est à la fois massif, teigneux mais ourlé d'un tas de colorations glacées et flippantes.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports