DEFTONES - Koi No Yokan

Chronique

Pochette de l'album Koi No Yokan par Deftones
  1. Swerve City
  2. Romantic Dreams
  3. Leathers
  4. Poltergeist
  5. Entombed
  6. Graphic Nature
  7. Tempest
  8. Gauze
  9. Rosemary
  10. Goon Squad
  11. What Happened to You?
Par Niklas

Publié le 22/11/2012

Télécharger légalement

Deftones reste une énigme, et fonctionne définitivement à contre-courant ! En effet,alors que le « mouvement » est en pleine bourre, et malgré une position de précurseur, ils accusent d’un succès commercial nettement inférieur à celui de leurs confrères. Ceci étant dit, au regard de leur discographie, et presque vingt ans plus tard ( ! ) les natifs de Sacramento peuvent se targuer d’un succès critique, et d’une intégrité artistique indéniable.
Deftones montre depuis plus de dix ans maintenant (et un certain White Pony) qu’ils ont tout d’un grand groupe. Ils ont notamment fait face à de nombreuses crises telle que la frustration du manque de reconnaissance auprès du public, les conflits internes, l’accident de Chi etc… Mais le groupe a toujours répondu par la musique, et ce avec talent !
Voilà pour le contexte. Quid de ce Koi No Yokan , deuxième album avec Sergio Vega à la basse et depuis un Diamond Eyes aux allures de phénix ?

Swerve City ouvre le bal, et saisi, des les premières notes, l’auditeur à la gorge pour ne le lâcher que 52 minutes plus tard. Riff jumpy ultra efficace, chant aérien de Chino, batterie appuyée et basse lourdissime ! La griffe Deftones reconnaissable entre mille !C’est une recette connue, certes, mais sublimée par quelques détails qu’on retrouvera tout au long de l’album.
En effet, ce qui frappe d’emblée, c’est la voix de Chino où très peu d’effets sont utilisés. Du coup, les partie aériennes ressortent et transportent littéralement.Les cris sonnent plus crus, et on sent un vrai travail de Chino pour moduler sa voix et proposer autre chose qu’une superposition de plans aériens/saturés avec de vraies parties chanté criée qui font mouche.
Côté son, l’aspect lourd et glacial de Diamond Eyes est gommé pour une production bien plus organique, dans le même esprit que pour les voix. Néanmoins,le son gras de la huit cordes de Carpenter fait autant de ravages, que se soit dans les moments tranchants que dans les moments planant. Vega quand à lui s’octroie de plus en plus de place pour notre plus grand plaisir (Poltergeist , Tempest).

Il serait futile de rentrer dans le track by trac tant l’album est riche, tant chaque piste réserve son lot de surprise. Néanmoins, il est assez clair que Deftones a vraiment mis le paquet sur la composition et la production de ce disque. Chaque piste comporte son lot de surprise et réserve nombre de détails et trouvailles que l’on est surpris de découvrir à chaque écoute. Les pistes sont toutes différentes,il serait très présomptueux d’affirmer que Koi No Yokan est plus mélodique, ou plus violent que tel ou tel album. Une constante demeure ici, c’est la dynamique. En effet, mise à part GraphicNature qui peine vraiment à se trouver les titres s’enchainent, et les musiciens prennent un malin plaisir à nous balancer d’émotions en émotions. Que ce soit dans les titres percutants (Leathers, Poltergeist, Goon Squad) ou les plus posés (Entombed, Rosemary, What Happened To You ?) Koi No Yokan conserve une certaine dynamique, une réelle puissance mélodique.
Contrairement à ce qu’a pu produire le groupe depuis White Pony,  ce disque est assez facile d’accès, dans le sens où quel que soit le morceau celui-ci est efficace. Le groupe a pris soin d’épurer son style pour plus de clarté et d’efficience. L’ensemble des titres sonnent résolument catchy, notamment porté par des « tubes », des chefs d’œuvre d’intensité tels que Leathers et Tempest que l’on prendra plaisir à hurler faux chez soi.
En somme, c’est clairement le Saturday Night Wrist réussi !

« Koi No Yokan » signifie, en japonais,  « tomber amoureux ». Koi NoYokan est un album remarquable et peut-être le plus évident de la discographie du groupe, qui porte inéluctablement bien son nom. Au final, Deftones continue clairement sa route sur le chemin de l’irréprochable. La remise en question permanente du groupe, leur permet de creuser leur musique tout en gardant cette signature si particulière. Le groupe signe là un album intense et généreux qui se laisse tourner en boucle et qui ne demande qu’à exploser en live. Il s’agit là ni plus ni moins que le digne successeur du non moins culte White Pony.
A consommer sans modération.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports