DIE ON MONDAY - Black Cat

Chronique

Pochette de l'album Black Cat par Die On Monday
  1. Black Cat - 03:54
  2. Femme Fatale - 03:20
  3. The Call Of Lust - 03:18
  4. What You Want - 02:39
  5. A Man Like The Others - 04:00
  6. This Voice - 04:33
  7. Never Getting Old - 04:09
  8. I Don't Belong - 03:33
  9. Do Sins - 02:53
  10. These Hands - 07:07

Site(s) du groupe :

Site web de Die On Monday
Par Metal France

Publié le 10/04/2010

 

NOTE: 3.5 / 5

(Style : rock / stoner). Down, soundgarden, Pearl Jam, Kyuss, un soupçon de rock blues sudiste, le tout traité avec un coté pop indéniable mais de bonne facture, voilà comment se présente cet album nommé « black cat » premier né d’un groupe Français nommé Die on Monday.

A la fois une certaine légèreté, une finesse couplées à quelque chose qui aurait pu être plus gras, plus vintage, que se soit dans le mix des instruments ou dans les mélodies. Cela donne un état d’esprit entre pop de premier choix, rock, grunge et metal d’antan, avec des airs qui accrochent vos oreilles avec facilité, pendant que le chant, les chants devrais je dire, sont frais avec parfois des pointes un peu old school . Entre vibrations mélancoliques, un soupçon de noirceur le tout propulsé par une énergie retenue, compressée, à la basse ronflante.

Cela parait simple à première vue, et pourtant les arrangements sont bien vus et on sent le plaisir des musiciens qu’ils ont de jouer .Pas facile de lier en un seul creuset, toutes les influences que je viens de décrire, et d’en faire quelque chose à leur sauce, pourtant ils y arrivent sans problème.

Et là où cela devient intéressant c’est quand on voit le pedigree de ces derniers. Benjamin Rubin (ex Acqme), Toni rizzotti (enhancer), guillaume brouzes (comity), Vincent mercier (ex vegastar) . Bref, quittant les styles qui ont fait leur renom, ils se lâchent pour revenir à des musiques plus roots, le tout avec un vernis satiné et là, braves gens, et bien on se prend au jeu facilement, même si on aurait voulu un peu plus de rage.

Du bel ouvrage.

olivier no limit

.:Stoner Rock/Grunge:.

Benjamin Rubin (ex-guitariste du groupe Aqme) fonde Die On Monday en 2007 avec Guillaume Brouzes (ex-batteur de Comity), Toni Rizzotti (chanteur du groupe Enhancer) et Vincent Mercier (bassiste de Vegastar). Alors sur le papier, le moins qu’on puisse dire c’est que les quatres viennent d’horizons plus que différents, alors là on peut vraiment se demander ce que ça pourrait donner.

Et c’est “Black Cat” titre d’ouverture et éponyme qui va mettre tout le monde d’accord : un groove surpuissant, du poids sur les riffs, batterie chaloupée… Die On Monday tranche dans le lard sans détour ! Les titres vont alors s’enchainer avec une fluidité remarquable pour un premier album ! Cela fonctionne et diablement bien !
Et pourtant le chat noir s’aventure sur une chasse bien gardée par les pointures du Grunge, du Stoner, ou du Rock grassouillet... On peut citer les Queen Of The Stonage, Soundgarden, Alice In Chains rien que ça! Mais nos quatre Frenchies s’en sorte plutôt bien et je dirais même avec les honneurs! Le disque est bien équilibré entre grenades à fragmentation telles que "I Don’t Belong" et sa saturation dantesque, "Never Getting Old" et son refrain addictif, "The Call Of Lust" ; et les tubes ("What You Want" !

Il faut souligner une production aux petits oignons, peut-être un peu trop policée par moment, et un mixage assez efficace de Fred Duquesne (Watcha).
Techniquement comme on le sait on a affaire à des musiciens expérimentés. Ben est bien sûr au centre des débats, mais les trois autres n’ont pas à rougir de leurs prestations respectives plutôt réussies. La section rythmique est en effet, très solide et assure le job en termes de groove. La réelle surprise vient de Toni qui livre une prestation époustouflante derrière son micro ! A des années lumières de ce qu’il fait chez les Enhancer ! Il n’y a qu’à écouter la power-ballade qui clôt l’album « These Hands » pour en être convaincu ! Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’anglais lui réussit plutôt bien !

« Black Cat » possède tout de même son lot de petits défauts comme le refrain en français de « Femme Fatale » qui arrive comme un cheveu sur la soupe ! Des cœurs un peu trop poppy disséminés ici et là. Et le plus grave : l’extrême courte durée de l’album, qui fait qu’on reste un peu sur notre faim !

Die On Monday a su déjouer les pièges du « super goupe » en signant un album Rock très réussi et accrocheur. Largement inspiré par des géants, le chat noir possède une forte identité entre ronronnement et coups de griffes acérés !

.:Niklas:.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports