DRACONIAN - Where Lovers Moum

Chronique

Pochette de l'album Where Lovers Moum par Draconian
  1. The Cry of Silence
  2. Silent Winter
  3. A Slumber Did My Spirit Seal
  4. The Solitude
  5. Reversio ad Secessum
  6. The Amaranth
  7. Akherousia
  8. It Grieves My Heart

Site(s) du groupe :

Site web de Draconian
Style : voir chronique
Par Darkgrinder

Publié le 29/11/2004

 

Gothic doom metal

Si au nom du groupe on pouvait s'attendre à une formation inspirée par l'heroic fantasy, il est bon à savoir qu'il n'y a ici pas l'ombre d'un dragon ou autres lutins. Le groupe suédois prend la direction opposée, substituant le flamboyant par les atmosphères dépressives, et les épées par les lames de rasoir ...

Dès les premières écoutes de Where Lovers Moon, on pense naturellement aux débuts de Theatre of Tragedy, un peu comme si Draconian avait pris la suite du groupe allemand avant leur ( misérable ) évolution. Ils nous livrent par là un hommage au romantisme noir et à la perception qu'ils ont de Lucifer. Vous l'aurez compris, de forts penchants poétiques font partie intégrante de la musique de Draconian. Les paroles sont certes très belles, mais en plus parfaitement soutenues par la musique explicitant les émotions peintes par les suédois. Techniquement ce n'est pas magistral, et pourtant on ne ressent pas l'ennui allant parfois de pair avec le doom, je fais notamment référence au titre "The cry of silence" qui, bien que durant plus de 12 minutes, est un véritable bijou. Le défaut majeur restera le fait qu'il n'y a rien de particulièrement original dans ce cd. Le jeu guitare/basse/batterie est simple mais contrebalancé par un clavier prenant, et plus rarement par un violon qui renforce le coté symphonique. Mais que serait le doom sans un chant torturé ? C'est ici un duo entre voix féminine et masculine qui s'occupe des parties vocales, la première, claire, ( qui rappelle le timbre de la chanteuse de Theatre of Tragedy) adoucit le chant dark/death du chanteur plus agressif.

A l'écoute de ce cd les âmes les plus sensibles seront sans doute aspirées ( et inspirées ) par les méandres des affres de leur vécu. Plus on y goûte plus on y revient, catalyse étrange et douce de tristesse. Ceux qui se complaisent dans la tristesse n'ont alors plus qu'à ce procurer cet album ...

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports