DYING HUMANITY - Deadened

Chronique

Pochette de l'album Deadened par Dying Humanity
  1. Deadened
  2. Illusion
  3. Beyond Redemption
  4. I Am King
  5. Psychotic Illusion
  6. Feed Him To The Lions
  7. Oblivion
  8. Ashes Of Destiny
  9. Devious Greed
  10. Bloodshot Eyes

Site(s) du groupe :

Site web de Dying Humanity
Par Baptiste

Publié le 13/07/2015

Télécharger légalement

Déjà le quatrième album pour Dying Humanity. Malgré quasiment 10 ans d’existence, je n’avais jamais entendu parler du groupe. 
Décrits ici et là comme un groupe allemand de metalcore, voire deathcore, sonnant comme les américains, cela avait de quoi attiser ma curiosité.

C’est donc avec plaisir que je me lance dans l’écoute de ce Deadened à l’artwork hideux. 
Première surprise : où est le metalcore promis ? Rien ne sonne ne serait-ce que vaguement metalcore dans la musique des teutons. C’est fou la propension des gens à qualifier tout ce qui est un tant soit peu moderne et mélodique de metalcore...

On se rend compte assez vite que les influences du groupe sont plus à chercher du côté du death mélodique, en particulier des scènes d’Europe du Nord. On pense aux vieux Dark Tranquility ou encore à un groupe comme Kalmah, les claviers en moins.La scène américaine ne reste cependant pas loin, avec une approche agressive faite de blasts et accélérations de guitare comme peut le faire un World Under Blood par exemple.

La musique du groupe va à l’essentiel : des riffs brise-nuque, une batterie agressive et des mélodies de guitare omniprésentes. Pas de doutes, l’instrument roi est la six-cordes qui distille ses plans ultra mélodiques avec conviction. La base rythmique et même le chant sont les acolytes discrets d’un instrument complètement mis en avant.
Cela n’atténue cependant en rien la cohérence de la musique.
Oui la guitare est reine, mais cela se fait naturellement, sans écraser le reste. Même pas le chant qui lui est pourtant un cran en dessous du reste. Le nouveau chanteur ne sera certainement pas l’atout majeur du groupe. Ne connaissant pas les performances de son prédécesseur, il m’était impossible de comparer. Mais le chroniqueur consciencieux que je suis a évidemment posé une oreille sur ce qui se faisait sur le précédent album : une voix deathcore (ah bah voilà où il était !) générique mais bien torchée. Changement de registre ici avec le petit nouveau Marcus Friedrich et son chant death sonnant régulièrement assez old-school.Son growl est très correct oui. Le chant clair en revanche n’est pas loin d’être catastrophique.  « Delusion », « Ashes Of Destiny » ou « Psychotic Illusion » sont de bons morceaux abimés par des parties mélodiques que l’on qualifiera d’approximatives.

Mais comme dit plus haut, la voix n’est qu’un faire-valoir au service de la reine guitare. Et là, en termes de plans monstrueux, on est servis. Les mélodies et riffs de « Beyond Redemption », « I Am King » ou du finish « Bloodshot Eyes » sont conçus pour abimer les cervicales tout en tirant quelques larmes. Le groupe de rechigne jamais à servir des plans épiques d’une grande intensité. Un peu putassiers parfois, mais tellement efficaces !

Pas metalcore, pas franchement plus deathcore, finalement peu importe où se situe Dying Humanity. L’amateur de metal honnête, catchy à souhait et ultra mélodique ne pourra qu’être satisfait par la teneur de Deadened. Certainement pas un album qui marquera le genre à jamais, mais un excellent album à la touche old-school de bon aloi. Ces allemands en ont sous le pied et le fond savoir !

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports