EMBRYONIC CELLS - The Dread Sentence

Chronique

Pochette de l'album The Dread Sentence par Embryonic Cells
  1. Fall Is Coming
  2. I Burn With Life
  3. By Fire
  4. I Don't Want to Save This World
  5. Shall Be Lords Again
  6. Wheel of Pain
  7. Order of the Crown
  8. Soul of Mine
  9. Scream or Die
  10. Ruins

Site(s) du groupe :

MySpace de Embryonic Cells
Par Mindkiller

Publié le 02/09/2012

Télécharger légalement

Embryonic Cells. Pour ceux ne connaissant pas cet excellent groupe troyens de black symphonique, rassurez-vous, avant cet album j'étais comme vous. Quelques recherches m'ont permis de voir que ce Dread Sentence était donc le quatrième effort du groupe. Et quel effort ! On retrouve dans la co écriture de l'album Pierre le Pape que j'avais déjà eu l'occasion de découvrir avec son très bon Melted Space, chroniqué en ces pages. On le retrouve ici dans un album plus violent, sans pour autant délaisser le côté mélodique.

Ainsi donc cet album s'ouvre sur une mélodie inquiétante,  tout au clavier, faisant clairement penser à une musique issue d'un film ou d'une série. Rien d'étonnant la dedans puisque Monsieur Pierre est aussi compositeur de musique de film et est l'instigateur de cette intro de plus d'une minute trente. Pari réussi avec cette introduction qui, après deuxième écoute, plonge totalement son auditoire dans l'ambiance retranscrite dans l'album. Mais c'est au réel titre d'ouverture, Burn With My Life, que le ton de l'album sera donné. Un death black corrosif mais pas virulent pour autant. Un black death aux compos soignées et aux mélodies travaillées. Vous n'aurez qu'à écouter la mélodie de clavier ou les mélodies de guitares pour le comprendre.

Cependant le point fort de cet album réside dans l'aération des compos. Nous n'avons pas ici un album compact ou toutes les compos se ressemblent. A l'image de I Don't Want To Save This World et son break... salutaire (ahahaha), l'album se veut racé, violent puis planant laissant à l'auditeur le temps de savourer pleinement chaque compos et de rendre l'album reposant... Tant que cela est possible pour du black metal. La violence du riffing fait aussi énormément de bien quand le clavier vient contraster ces riffs par des nappes plus aériennes. Et la production, très soignée, aide pour beaucoup à l'assimilation de cet album. Car sans être une production ultra sophistiquée comme des mastodontes tels que Iommi ou Iced Earth peuvent nous habituer, le soin est là. N'en faisant pas trop non plus pour ne pas perdre la saveur brute des compositions. Et ça permet de rendre ce travail d'assimilation d'album plus aisé. Surtout quand les titres présentés sont assez différents.

Car tout en restant dans une atmosphère black metal (certes, pas le plus underground), deux titres peuvent titiller par cet aspect "autre". Notamment le thrashy Shall Be Lords Again ou la guitare étonnera par son travail de son présent. Un titre qui va tout d'abord susciter la surprise mais qui risque fort d'être à double tranchant. Soit on aime, soit on déteste. Les fans de Toxic Holocaust devraient très certainement apprécier. Ensuite vient un titre plus lourd, plus poisseux, plus sombre. A la limite du doom metal, mais du doom écorché. Un doom qui collerait très bien en lisant, pour les connaisseurs, du Walking Dead. La voix étant en plus des plus horrifiques et caverneuse. Ce titre, Wheel of Pain, risque de faire perdre les fans de black purs et durs. Cependant, le morceau est vraiment bon, bien exécuté, bien travaillé et surtout avec une ambiance et émotion à la limite du palpable. Un titre tout en crescendo qui fait monter l'ambiance au fur et à mesure doublant son tempo sur la seconde moitié du titre. Pour moi la pépite de l'album avec l'instrumental Order of the Crown.

Autre fait ayant son importance, tous les intruments trouvent leur place et bénéficie d'un mix soigné. La basse possède donc des passages ou elle sera sublimée par ce mix qui rendra honneur à Dom. Bien sûr, la guitare et les claviers portent les dragées hautes, mais le reste n'est pas non plus terni par ce mix. Et quand en plus ce titre est un hommage à demi avouer à maître Quorthon et ses albums du type Twilight of the Gods, ça ne peut que faire du bien.

Vous l'aurez compris donc, ce quatrième album, certes un peu plus long à venir que les précédents, est une nouvelle pépite dans la discographie du groupe. Une galette a écouter sans déplaisir et à posséder quelle que soit les vagues de black metal que l'on aime. Un album que notre ami Sanctuaria n'aurait pas DU TOUT classé dans la catégorie "pollution". Et ce malgré, parfois, le manque de justesse du chanteur surtout quand il emprunte le chant clair. Mais la qualité musicale excuse ce manque de rigueur.
Bonne écoute!

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (1 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports