ENTHRAL - Obtenebrate

Chronique

Pochette de l'album Obtenebrate par Enthral
  1. Obtenebrate
  2. The Gospel Of Woe
  3. Lay Waste The Crops
  4. Pallbearer
  5. Sepulchre
  6. On To The Never
  7. The 7th Wave
  8. Within The Tomb
  9. Fields Of Death
  10. Deaths Drum

Site(s) du groupe :

MySpace de Enthral
Par Dzo

Publié le 27/06/2012

 

Depuis le début des années 90, le sol norvégien est foulé par des centaines de groupes se disant jouer du Black Metal. Certains y arrivent à merveille et tirent leur épingle du jeu en proposant des choses intéressantes, tandis que d’autres sont de pâles copies de leurs idoles.

Alors, quand vient le moment de chroniquer le dernier album d’Enthral, groupe venant d’Oslo qui n’a pas proposé de full-lenght depuis 2003 (on s’affranchira un d’EP en 2010), une certaine appréhension s’installe. Face à quoi vais-je être confronté? Créativité ou plagiat?

Pour ceux qui ne connaissent pas le groupe, Enthral est né en 1995, sous le commandement de Kjetil Hektoen qui tient le poste respectif de batteur et chanteur, ainsi que Gunnhild Bratset en tant que gratteu. ‘Obtenebrate’ est leur quatrième opus.

Avant de lancer la galette, parlons artwork: il est sombre (étonnant pour du black non?) et présente un squelette entreposé dans un cercueil, ce dernier tenant dans ses bras (enfin ses os) quelque chose que je ne saurai définir, et porte une couronne de fleurs. Mouais, jusque là, rien d’original, mais concentrons-nous désormais uniquement sur la musique, c’est le plus important après tout? Si on s’arrêtait devant toutes les pochettes foireuses, ma foi on écouterai plus grand-chose.

Premier constat en écoutant ‘Obtenebrate’, c’est que l’album bénéficie d’une production propre qui permet d’apprécier cette pièce à sa juste valeur. Le style est à la limite du Black avantgardiste, avec ses compositions torturées et plutôt complexes.
Dans l’ensemble, si l’album peut s’avérer séduisant pendant les premières minutes d’écoute, on se prend nettement moins au jeu au fur et à mesure que les morceaux défilent. La cause? Les compos qui paraissent longues, très longues (notamment ‘The Gospel Of Woe’ avec ses douze minutes qui vous assomme plus qu’autre chose), avec des structures rapides, interrompues de manière quasi systématique par des passages mid-tempo qui coupent complètement l’élan des morceaux.

Pourtant il y a de bonnes intentions, le jeu de batterie de Hektoen se veut plutôt percutant et technique, mais ces interruptions par les passages lents cassent tout. Sans parler de la voix, que je n’arrive pas à adopter, malgré plusieurs écoutes. Je la trouve toujours dans le même ton, linéaire et, ne passons pas par quatre chemins, carrément pénible sur le long terme.

Je le disais plus haut, ‘Obtenebrate’ est un album complexe et assez difficile à cerner. Les morceaux qui le composent sont loin d’accrocher d’emblée l’auditeur. Au contraire, ils demandent une attention particulière pour se plonger dans l’univers sombre des norvégiens. Même si je n’accroche pas particulièrement à leur style, il faut admettre que le trio acquiert une certaine maîtrise tant instrumentale, que dans les ambiances chaotiques développées à travers cet album. Mais voilà, je m’ennuie sec en le parcourant. Les riffs sont nombreux, divaguant entre parties rapides et autres qui tombent souvent dans des aigües fatigants. Ce qui fait que les compos de l’album arrivent par une oreille et ressortent aussitôt par l’autre.

Autre point noir de cet opus: sa durée. Si comme moi on commence à lutter dès ‘Pallbearer’, le quatrième morceau (certains lâcheront l’affaire peut-être même avant), le cauchemar ne fait que commencer car ‘Obtenebrate’ s’étale sur 68 minutes. Parfois je râle car un album dépasse à peine la demi-heure, mais là je rouspète pour le contraire, car il est trop dense. Pourtant je suis fan de Blut Aus Nord qui n’a pas la structure musicale facile et accessible, mais là, rien n’y fait.

Je ne cherche pas du tout à démonter l’album, mais voilà, il ne m’a pas conquis. Il plaira à certains, et plombera la journée des autres, tout est une affaire de goût et de feeling. Quoiqu’il en soit, Enthral ne propose pas un bête plagiat de ses ancêtres que sont Darkthrone, Burzum et autre Gorgoroth, le groupe explore sa propre voie, ce qui est tout à son honneur. Hélas ‘Obtenebrate’ ne restera pas graver dans ma mémoire.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports