ETHS - Ankaa

Chronique

Pochette de l'album Ankaa par ETHS
  1. Nefas
  2. Nihil Sine Causa (Sarah Layssac from Arkan & Jon Howard from Threat Signal, Vise Versa)
  3. Amaterasu
  4. Seditio
  5. Nixi Dii
  6. Vae Victis
  7. HAR1
  8. Sekhet Aaru
  9. Kumari Kandam
  10. Alnitak
  11. Alnilam
  12. Mintaka

Site(s) du groupe :

Site web de ETHS
Style : voir chronique
Par olivier no limit

Publié le 13/05/2016

Télécharger légalement

Le groupe Marseillais ETHS revient avec son nouveau bébé .Longue attente rendue encore plus pénible par le départ de Candice et l’arrivée de la nouvelle qui a pour nom Rachel. Au niveau de la batterie, c’est Dirk Verbeuren de SOILWORK qui s’y est collé. Derrière tout cela, Staif, leader et souffle incontesté de ce combo à part, qui aurait dit que si cet album était un flop, il arrêterait l’aventure. Alors ? Voilà « Ankaa », du nom d’une étoile brillante de la constellation du Phénix. Cette nouvelle offrande va-t-elle être suffisamment ancrée dans le firmament pour que le groupe Marseillais éclabousse le ciel du metal Français d’un éclat durable ?

Et bien ETHS semble avoir pris un tournant via un metal plus diversifié, plus moderne peut être, plus techniquement osé. Le tout drive une musique soignée pleine de contrastes.

 En fait au début cela démarre plutôt fort…

…avec « Nefas » qui vous rentre dedans porté par un metal déstructuré …., fortement hardcore. S’ensuit « Nihil Sine Causa », accompagné par Sarah Layssac D’ ARKAN et Jon Howard de THREAT SIGNAL, morceau qui développe, outre sa rage et sa finesse d’interprétation, une forte aura orientale. C’est chanté en anglais avec en plus un break électro. « Seditio » est plus calme, plus classique, plus mélancolique. « Amaterasu » cartonne avec art et on plonge même dans l’électro/indus sur « HAR1 » avec en guest star Björn Strid (SOILWORK).

 " Vae Victis » est le morceau long de l’album et se termine sur un passage aérien plutôt flippant. Aérien, et oui, vers « Sekhet Aaru » on amorce une descente dans un metal plus « planant », plus rock mélancolique (Kumari Kandam).La rage ciselée du tout départ mute en bête plus calme et éthérée.Du coup, tout en charriant quelque chose de sombre et de mélancolique tout au long de l’album, leur musique pourra peut-être désarçonner certains de leurs fans. En tous les cas le travail des voix de la nouvelle assure, ainsi que les arrangements multiples qui, malgré leur richesse ‘n’alourdissent pas le rendu final, bien au contraire. Le résultat est un metal ambitieux qui tient la route.

En ce qui me concerne, je peux vous l’avouer je ne connaissais ce groupe que pour l’avoir vu, sur scène à ses débuts. Je m’attendais à quelque chose de plus simple et plus violent. Là je me suis retrouvé face à un metal qui est en fait l’œuvre d’un monsieur nommé Staif et quand je dis œuvre, j’emploi ce terme à bon escient, étant pourtant, en général, plus tourné vers une musique plus violente. Mais là je respecte. Fortement, car musicalement c’est soigné et aboutit.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports