EVILE - Skull

Chronique

Pochette de l'album Skull par Evile
  1. Underworld 04:37
  2. Skull 06:31
  3. The Naked Sun 06:04
  4. Head of the Demon 04:24
  5. Tomb 07:26
  6. Words of the Dead 04:16
  7. Outsider 03:37
  8. What You Become 04:54
  9. New Truths Old Lies 06:35

Site(s) du groupe :

Site web de Evile
Par olivier no limit

Publié le 28/05/2013

Télécharger légalement

 

EVILE is back !

Octobre 2009, le bassiste Mike Alexander meurt en pleine tournée. Pour ce groupe qui a débuté en faisant des reprises de Metallica, c’est vraiment du copié/collé. Bon arrêtons l’humour noir et attelons nous à ce « skull » qui fait suite à l’excellent « Five Serpent's Teeth » paru en 2011. Autant vous le dire de suite, avec ce nouveau méfait, j’ai décollé de suite

Cet album est solide et perpétue le plaisir engendré par leur précédente rondelle. Matt Drake, au chant, draine toujours dans ses cordes vocales un je ne sais quoi de James Hetfield. D’ailleurs tout au long de cet album on pense souvent au Four Horsemen.

L’album débute sur des titres comme : « Underworld », Skul »l, « The Naked Sun », qui ont comme particularité d’être…bien speed, du coup c’est comme si Metallica avaient rencontré Slayer ou un peu Exodus.

En parlant d’Exodus, sur «Outsider » je trouve leur état d’esprit bien présent.

En tous les cas ces mecs savent comment faire pour que l’on dise de leur musique : « Cela frite à tous les étages et ne laisse aucuns survivants ». De plus leurs parties instrumentales sont vraiment bonnes, dignes d’un Annihilator. C’est techniquement bien maitrisé et avec ce qu’il faut de rebondissements.

Mais ils jouent aussi dans une gamme plus médium, plus heavy, vous savez de ces morceaux mélodieux ponctués de jolis arpèges et de grosses guitares puissantes, qui prennent tout l’espace comme l’excellent et ambitieux «Tomb » qui aurait pu être pondu par Metallica dans ses meilleurs jours , entre ballade et thrash, titre dans lequel on se rend compte aussi du haut niveau des solos.

Il y a également “Head of the Demon” qui peut faire penser également à la force d’impact d’un heavy thrash à la Megadeth. N’oublions pas le très bon « new truths old lies » qui termine superbement l’album.

Précisons que dans leur thrash on ressent également, entre les lignes, une aura noire et sombre, assez proche parfois d’un Warbringer ou d’un Slayer.

Après voilà je viens de balancer pas mal de références, mais c’est juste pour que vous cerniez l’aura dégagée par cet album. Que dire si ce n’est qu’il confirme ce que l’on avait pensé de ces Anglais à la sortie de « Five Serpent's Teeth ». Ce groupe se hisse de plus en plus haut.

C’est à la fois bien joué, bien pensé, avec ce qu’il faut de titres speed et de morceaux plus heavy ou plus contrastés. Evile n’as pas à s’en faire il reste dans le peloton de tête de ceux que l’on considère comme le fer de lance de ce qui fut la vague revival.

Leur style est tourné vers la bay Area, et lui rend hommage tout en le jouant à leur sauce. Une sauce à plusieurs gouts à la fois puissante style raz de marée, mais aussi finement recherchée.

Alors voilà c’est de l’immédiat, peut être suis sous le coup d’une joie éphémère, peut-être que dans quelques écoutes ma joie aura retombée, mais là, ce soir, je ne peux que hurler mon cri de guerre : thrash un jour thrash toujours ! Car ce « truc » est aussi bon qu’un rayon de soleil après des mois de grisaille.

 

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports