FACTOR HATE - Scary tales

Chronique

Pochette de l'album Scary tales par  FACTOR HATE
  1. Overture 1:19
  2. You're In The Nightmare 3:25
  3. The Watcher 4:23
  4. Wild As The Wind 3:41
  5. The Eyes In The Dark 4:09
  6. Schyzophrenia 0:39
  7. Asylum 4:30
  8. The Bride 3:36
  9. Black Roses 4:54
  10. Riding Fast And High 5:43
  11. Reach To The Sky 4:23
  12. Lunatic World 1:22
  13. Kingdom Of Madness 2:55
  14. Behind Me 4:50
  15. Raise Your Hands 3:28
  16. Underture

Site(s) du groupe :

Site web de  FACTOR HATE
Par olivier no limit

Publié le 17/04/2016

 

“Scary tales” par FACTOR HATE.

Fondé en 2011par 4 anciens membres de MAINKIND, Factor HATE, originaire d’Ile de France, donne dans un heavy metal, un peu hard rock parfois.

Dans la genèse du groupe, le chanteur, Thierry proposa d’orienter leur concept via un personnage nommé THE WATCHER, qui évolue dans les rêves et se nourrit de cauchemar pour emmener les gens de l’autre côté du miroir.

Une sorte de petit frère de Freddy Krueger.

Après voilà, c’est bien beau tout cela mais comme je dis souvent : et la musique là-dedans ?

Eh bien voilà, leur bio dit que cette formation a comme influence des groupes qui vont de PRETTY MAIDS en passant par ALICE COOPER, ratissant large en fait .

Ici pas de heavy fm, ni spécialement cantonné dans la NWOBHM. Il y a même parfois un peu de SCORPIONS en eux.

Ce qui m’a plus de prime abord, et bien c’est que pas mal de refrains sont vraiment accrocheurs comme exemple « shyzophreia », » the eyes in the dark », « asylum ». Pourtant leur suite d’accords ont été un milliard de fois usités mais ça fonctionne vraiment bien.

Il y a aussi de bonnes rythmiques casseuses de nuques (wild as the wind »).

Ensuite ils aiment jouer, surtout en fin d’album, sur des changements de tempos, parfois inattendus ; d’ailleurs quand la batterie part en double grosse caisse, elle ne fait pas semblant comme sur « kingdom of madness ».cela fait charge de cavalerie.

Ils laissent aussi une large place aux solos plutôt bien inspirés (black roses).

Bref, une galette au heavy jamais linéaire plein de petits « rebonds » inattendus et sympathiques.

Voilà le genre d’album dans lequel on rentre sans vraiment savoir ce que l’on va trouver et qui au fil des écoutes, fini par afficher un bon score dans son best of personnel.

Je pense qu’il y a du boulot derrière.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports