FADING WAVES - The Sense of Space

Chronique

Pochette de l'album The Sense of Space par Fading Waves
  1. Air
  2. Flashing
  3. Destroying The Times
  4. Perforate the Sky
  5. Through The Veins
Par Mindkiller

Publié le 11/03/2012

Télécharger légalement

Fading Waves. D’après nos confrères de Spirit of Metal, ce groupe ferait du doom sludge et nous viendrait de la pas si lointaine Russie. Formé en 2008, ce groupe est un one man band qui nous a déjà proposé un maxi et un split avec Starchitect, un groupe de doom atmosphérique ukrainien. Fading Waves est donc un inconnu total pour nous. Mais le label Solitude Productions s’échine à nous le faire découvrir.

Bon, première impression à chaud en laissant le CD couler, c’est du doom certes, mais ça pourrait aussi bien s’apparenter à de le New Age très calme (Enya, Enigma dans leurs ballades les plus lentes). Les deux premiers titres s’articulant essentiellement autour du chant féminin, d’une guitare en retrait par rapport aux claviers et à la basse qui eux prédominent. Plutôt surprenant donc pour un album de doom. Les tempi sont bien ceux du doom metal, mais la musique elle, du moins son atmosphère, est plus aérienne. On est très loin d’un doom aux influences sludge. Pas de guitares crasseuses, pas de son pachydermique. Non bien au contraire. On nous emmène plutôt dans les airs avec ces mélodies pourtant lente et lourde (effet dû aux tempi choisis) et malgré tout très aérienne. Le côté dépressif du doom est bien là cependant.

Pour cet album, écris seul par Alexey Maximuk, des invités sont là. Ce qui explique la voix féminine très calme du second titre après l'introduction. Mais ce premier titre, même s’il reflète l’ambiance de l’album, ne reflète en aucun cas ce qui y sera distillé au long de ces cinq titres. Car même si on reste dans un doom aux ambiances légères, planantes et aérienne, les tempi s’accélèrent dès le titre Destroying The Times pour nous donner quelque chose de plus consistant. Et les éléments typés metal sont là. Une batterie plus énergique, un chant plus extrême, même si le mix le place en retrait du reste. Cependant les guitares feraient plus penser à un mélange entre du The Cure et du U2 des années 80. Un mélange détonnant mais qui fait son office en nous plongeant dans une ambiance feutrée, et procure un sentiment de liberté. On a plus qu’à fermer les yeux et se laisser inviter à ce voyage auditif. Les décors de la pochette, magnifiques, nous donnant ce guide de voyage.

Alors certes cet album est loin du doom sludge annoncé parle webzine cité plus haut. Nous avons ici un doom atmosphérique chaud, feutré, teinté de groupes éloignés des standards du metal. Cependant, la musique est plaisante. On s’y plonge du début à la fin sans vouloir qu’elle finisse. Une impression d’album court est là et pourtant, on dépasse largement la demi-heure d’écoute pour six titres. Encore une belle réussite à ce niveau là et une très belle découverte que nous fait partager Solitude Productions. Un groupe à suivre.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports