GAMMA RAY - Empire Of The Undead

Chronique

Pochette de l'album Empire Of The Undead par Gamma Ray
  1. Avalon
  2. Hellbent
  3. Pale Rider
  4. Born To Fly
  5. Master Of Confusion
  6. Empire Of The Undead
  7. Time For Deliverance
  8. Demonseed
  9. Seven
  10. I Will Return
  11. Built A World

Site(s) du groupe :

Site web de Gamma Ray
Par Eki

Publié le 24/05/2014

Télécharger légalement

 

L'inépuisable usine à riffs Kai Hansen revient cette année avec ses petits copains de Gamma Ray avec un onzième album, intitulé ‘Empire of the Undead’. Malgré un incendie qui aura ravagé la quasi-totalité de leur studio, il semblerait que l'enregistrement de la mouture 2014, que le groupe nous a promis plus thrashy, ait été épargné. Et ceci pour le plus grand bonheur des fans, car après 4 ans et un ‘To The Metal’ qui en avait déjà ravi plus d'un, montrant à tout le monde que le chanteur guitariste n'avait rien perdu de son talent, Kai place la barre encore plus haut et nous propose le premier rayon gamma depuis des années que l'on peut enfin faire trôner fièrement aux côtés des ‘Power Plant’, ‘Somewhere Out In Space’ et autres ‘Land Of The Free’.

 

Et puisque c'est dans les vieux pots que l'on fait les meilleures confitures, ‘Empire Of The Undead’ commence avec ‘Avalon’, titre d'ouverture à l'ancienne, à la fois mid-tempo et épique, qui pose le sujet : du Power Metal dans la plus pure tradition allemande pour plus de 9 minutes parfaitement exécutées. On pense beaucoup à Avantasia avec les chœurs du refrain, le tout saupoudré d'une bonne dose de Maiden dans les leads de guitare. Ajoutons à cela la voix de Kai Hansen qui, bien que prenant de la bouteille (30 ans de carrière tout de même), assure du début à la fin. Une piste qui a tout pour devenir un classique, construite sur le modèle de ‘Rebellion in Dreamland’ (accélération du rythme après un break très classique, puis déluge de notes sur rythmique Hard Heavy façon années 90), rien à redire, dans le genre efficace, le cahier des charges est parfaitement respecté.

 

Une fois rassurés sur la teneur de cette fournée, arrive donc ‘Hellbent’, à la recette différente mais pour autant dans la droite lignée de ce à quoi le groupe nous a habitués. Un tempo beaucoup plus speed, façon ‘Somewhere Out In Space’, riffs thrashs côtoyant des déluges speed mélodiques très Helloweeniens, rien à redire, du pur Gamma Ray.

 

Pale Rider’, troisième piste de l'album, c'est un peu le coup de tampon qui valide le tout. Un son très Judas Priest et un tempo plus lent et lourd tout en restant groovy, très Power Plant’ au final. On finirait par se croire dans un vrai bon best of du groupe tant les pistes s’enchainent avec classe sans se ressembler.

 

Et c'est comme cela tout le long des 11 pistes qui composent la galette. Les mélodies joyeuses et bon-enfant côtoient régulièrement des breaks plus lourds ou des ambiances plus sombres. Les riffs sont toujours entrainants, le chant alterne entre le crié suraigu à la Priest et le chant plus classique du frontman de façon toujours juste. Les tempos sont aussi très variés, ce qui a pour conséquence qu'on ne se lasse jamais. On pense même parfois au side-project de Kai, Unisonic (groupe qui lui a permis de remettre le légendaire Michael Kiske sur le devant de la scène), à l'écoute de titres comme ‘Born to Fly’ ou ‘Master of Confusion’, que l'on avait déjà pu écouter dans l'Ep du même nom. Difficile aussi de passer à côté des influences Helloween période ‘Walls of Jericho’ (hell yeah!) sur le titre éponyme de l'album (très speed thrash pour le coup), ou période ‘Keepers of the Seven Keys’ avec des morceaux comme ‘Time for Deliverance’, la ballade de l’album, parce qu’il en fallait bien une.

 

Gamma Ray a beau être un groupe à qui on a pu reprocher par le passé de ne pas se renouveler, ou difficilement, force est de constater que cet Empire of the Undead’ nous montre de façon indéniable que les allemands sont loin d'avoir joué leur dernière note. Encore mieux qu'un hommage à tous les groupes cités auparavant, mieux même qu'une simple synthèse de ce qu'ils ont pu accomplir depuis ‘Heading for Tomorrow’, ce nouvel album a tous les ingrédients pour le titre de meilleur album de Power Heavy de l'année. Il suffit d'écouter un titre comme le puissant ‘Demonseed’ pour s'en convaincre. Sans aucune hésitation un must-have pour les fans et sans doute une nouvelle référence du groupe pour la suite de leurs aventures.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports