GHOST IRIS - Anecdotes Of Science & Soul

Chronique

Pochette de l'album Anecdotes Of Science & Soul par Ghost Iris
  1. Dreamless State
  2. Influx
  3. Phalanx
  4. Immaculate
  5. Dream Catching A Nightmare
  6. Magenta Pt.1; Perfect Symbiosis
  7. Magenta Pt.2; Astral Projection
  8. Parallel Passage
  9. Euphoric State
  10. Everlasting Bliss

Site(s) du groupe :

Site web de Ghost Iris
Par Baptiste

Publié le 16/03/2015

 

Un groupe danois qui joue du djent, ce n’est pas forcément fréquent. Quand en plus ils sont doués, on tient peut-être entre les mains quelque chose de spécial.

Ce serait aller bien vite en besogne. Il faudrait cependant être de mauvaise fois pour ne pas trouver des qualités indéniables à ce premier album. Ghost Iris convainc d’emblée avec un disque, il faut l’avouer, assez classieux. Mais nous y reviendrons.

La scène djent est assez étrange. Bien qu’affiliée au prog et mettant en avant une musique éminemment compliquée dans sa construction, elle est paradoxalement ultra balisée, voire carrément prévisible.Vu sa jeunesse, ce n’est pas vraiment bon signe. Mais au-delà de la hype, des groupes parviennent à sortir du lot. Ca a été le cas de Monuments l’année dernière, c’est le cas de Ghost Iris cette année.

Si vous aimez le djent, vous naviguerez en terrain connu. Les polyrythmies sont là, les passages en chant clair lumineux aussi ; et oui, les guitares sont bien accordées 25 tons trop bas.En analysant froidement la musique du combo, son originalité ne saute pas aux oreilles. On termine même la première écoute un peu désabusé devant le dernier rejeton d’une scène qui ne veut pas mourir.
Mais voilà, des éléments disséminés par-ci par-là accrochent furtivement l’oreille. Et on remet l’album, histoire d’en avoir le cœur net. Et on redécouvre l’album avec plus d’envie. Et tout simplement, on se sent bien.

Dans un style archi-défriché, Ghost Iris s’extrait de la masse en jouant tout simplement la carte de l’honnêteté. Le djent souffre souvent d’un excès de cérébralité. On a plus souvent l’impression d’un musicien se paluchant sur de la théorie musicale pour faire bander le gogo accro au solfège que d’une musique tout simplement sincère.
Ghost Iris parle à votre cœur, pas à votre tête. Cela suffit à faire la différence.

Les gars ne sont pourtant pas des manchots. Les leads de guitare sont à pleurer, les rythmiques tout simplement injouables pour le commun des mortels et même le chant s’en sort avec les honneurs. Seule différence avec la concurrence, le groupe se démarque par son chant clair. Souvent approximatif dans les groupes du style, il est chez les danois bluffant de maitrise. Il divisera certainement tant il semble toujours passer en force et en rupture, il est pourtant incroyablement solide. Plus que le growl, lui franchement quelconque sans être gênant.

Non vraiment, peu de reproches à faire à un album abouti et diablement maitrisé. Peut-être une trop grande homogénéité, les titres ayant tendance à se ressembler. Exception faite du dytique « Magenta » qui sort clairement du lot.

On ne boudera pas son plaisir pour autant.  La musique solaire de Ghost Iris vient placer le groupe directement parmi les outsiders les plus sérieux du circuit. Une belle surprise, surtout pour un premier album. Comme quoi la lente agonie de la scène djent n’est peut-être pas aussi inéluctable que prévue…

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports