H.E.A.T. - Adress The Nation

Chronique

Pochette de l'album Adress The Nation par H.E.A.T.
  1. Breaking the Silence
  2. Living on the Run
  3. Falling Down
  4. The One And Only
  5. Better off Alone
  6. In And Out of Trouble
  7. Need Her
  8. Heartbreaker
  9. It's All About Tonight
  10. Downtown

Site(s) du groupe :

MySpace de H.E.A.T. Site web de H.E.A.T.
Par Mindkiller

Publié le 07/05/2012

Télécharger légalement

C’est avec un espace entre les sorties métronomiques que H.E.A.T. nous sort son nouvel album cette année, deux ans après le précédent, quatre ans après le premier. Ce groupe venu de Suède a su, sans pourtant exploser les ventes, faire son trou et continuer son bonhomme de chemin dans un hard FM daté, mais pourtant très bon.

Le troisième album d’un groupe est un peu le virage qu’il ne faut pas louper. Passer outre ses influences et la maladresse liée à la fougue juvénile n’est pas facile. Nombre de groupes s’y sont cassé la gueule, nombreux mordront encore la poussière. Il est d’autant plus difficile de continuer quand on propose un style usé jusqu’à la corde comme le fait le groupe du jour. Pourtant, H.E.A.T. sait proposer, sans rien inventer, une musique qui s’adresse clairement à deux générations. Tout d’abord à la nouvelle découvrant avec délectation ce style leur paraissant tout nouveau poussé par des fers de lance comme Crashdiet, ou les feux Backyard Babies ou Vains of Jenna. Mais plus que ça, elle en appelle au souvenir de nos parents qui, dans les années 80, choucroute sur la tête, futal moulant tout ce qu’il peut mouler, aussi bien chez les mecs que les nanas, santiags et bandana autour du front se sont éclatés aux rythmes de Tesla, Skid Row, Mr Big, Bon Jovi, Cinderella et j’en passe. Et pour prouver à tout le monde que c’est bien aux deux générations que le groupe s’adresse, ils nous offrent avec deux titres, deux univers bien différent. Le titre d’ouverture est clairement moderne. Production aidant, mode de composition récent tout en gardant ce petit côté 80’s. Un titre très bon, mais banal au final. Même s’il fera bouger beaucoup de monde en soirée. Mais la pépite s’avère être le titre Living on the Run avec son clavier emprunté à leurs grands frère de Europe, les amplis et effets à Warrant et lavoix encore plus ancrée dans le FM de la grande époque (avant qu’un Kurt Cobain ne vienne avec son sale grunge !).

Ainsi donc, ce groupe est la Bohème de Charles Aznavour. Il parle à des gens que les moins de vingt ans ne peuvent pas comprendre si ce n'est connaître. Car tous les titres même si certains sont plus actuels que d’autres, jouent dans ce hard qui nous manque tant sur les ondes française. Les soli guitares ainsi que leur riffs, la voix du chanteur, la façon de composer… tout sera là pour nous rappeler cette époque bénie de la musique (mais maudite pour nos ainés quand ils regardent le look qu’ils osaient arborer fièrement à l’époque). Le gros plus vient de la production de cet album. Soignée mais pas surproduite elle permet de ne pas faire un trop gros clivage entre ce qui était fait il y a trente ans et maintenant. Certes on notera quelques différences de précisions dans les fréquences aussi bien hautes que basse et la profondeur des basses sera là pour montrer que le groupe est un groupe de maintenant, mais à côté de ça, le côté nostalgique prend le dessus et fait plaisir aux fans d’une musique trop longtemps restée la grande absente des ondes. Et c’est là que le bas blesse. Ce groupe, fait de la musique de qualité, c’est indéniable. Mais peut-elle survivre en dehors des nostalgique de cette époque ? Car la musique faite actuellement est de la musique jetable suivant les modes. La mode de ces dernières années est au revival 80’s (tous genres confondus). Il y a dix ans, on assistait à l’essor du power heavy à la Angra, Rhapsody of Fire ou autre Stratovarius et Nightwish. Qu’en est-il maintenant de ces groupes. La surmédiatisation passée, ils sont toujours là mais sont moins fédérateurs qu’avant. Ce groupe peut être malheureusement victime de cet effet de mode alors qu’il mérite clairement une place plus grande et surtout une exposition médiatique plus conséquente.
En tout cas, que vous soyez fan de hard tout court, vous devez au moins jeter une oreille à cet album qui vous donnera le sourire ou, pour les plus vieux d’entre vous, rappellera quelques souvenirs.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports