HAGGARD - Tales of Ithiria

Chronique

Pochette de l'album Tales of Ithiria par Haggard
  1. The Origin
  2. Chapter I - Tales Of Ithiria
  3. From Deep Within
  4. Chapter II - Upon Fallen Autumn Leaves
  5. In Des Königs Hallen (Allegretto Siciliano)
  6. Chapter III - La Terra Santa
  7. Vor Dem Sturme
  8. Chapter IV - The Sleeping Child
  9. Hijo De La Luna (reprise de Mecano)
  10. On These Endless Fields
  11. Chapter V - The Hidden Sign

Site(s) du groupe :

MySpace de Haggard
Style : voir chronique
Par DevilDiva

Publié le 02/10/2008

 

Haggard continue de monter la garde d’un metal médiéval qui connaît depuis quelques années un véritable boom. Cependant contrairement aux nouveaux groupes (Eluveitie, Ensiferum, Tyr ou encore Korpiklaani), les pionniers du style empruntent un voie plus classique et délicate avec une véritable épopée à la clé.

Fondé en 1991, Haggard n’a que 4 albums à son actif, preuve que les allemands prennent le temps de peaufiner chacun de leurs albums. Pas étonnant quand on sait que le groupe se compose de pas moins de 15 membres, je vous laisse imaginer le casse-tête des répétitions.

Haggard nous conte des histoires médiévales et reprend le schéma qu’on connaît surtout par Blind Guardian, je veux parler des mélopées introductrices qui font la transition entre chaque chanson.
Dans la même veine que les précédentes productions, « Tales Of Ithiria » est un disque qui mélange éléments médiévaux, power, symphonique, folk, classique et heavy, le tout enveloppés dans un écrin de romantisme et de dramatisme.

Ecouter un disque d’Haggard ne se prend pas à la légère car construit à la manière d’une tragédie musicale, il met notre imagination à l’épreuve. Les titres affichant une durée moyenne de 7mn, il faut s’accrocher pour comprendre la démarche du groupe. De plus, l’armature des compos demeure complexe sans véritable refrain ni couplet. Ainsi, complaintes, chants soprano féminins et voix gutturales hantent ce « Tales Of Ithiria ».
Coté instruments, c’est la farandole : violon, guitare, violon, tambours, piano, hautbois, violoncelle, clarinette, percussions donnent vie aux légendes et fables du personnage fictif qu’est Ithiria.

Selon moi, la vraie force de Haggard réside surtout dans leur performance live car celui-ci intègre complètement son orchestre en plus des mises en scène résolument théâtrales.

Surprise de l’album : une reprise du groupe Mécano avec « Hijo de la Luna », plutôt déstabilisant comme offrande… A vrai dire, je ne vois pas vraiment l’intérêt d’une telle cover surtout qu’elle se rapproche beaucoup de l’original.

En conclusion, je dirais que « Tales Of Ithiria » est une œuvre riche et complexe qu’il faut aborder avec une certaine concentration sans quoi on peut très vite perdre pied. Et bien que je n’écouterai pas cet album souvent, je salue le travail le dingue de Asis Nasseri (rien à voir avec samy :), principal compositeur du groupe.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports