HARLOTT - Extinction

Chronique

Pochette de l'album Extinction par HARLOTT
  1. Extinction 05:52
  2. First World Solutions 03:55
  3. The Penitent 05:00
  4. Whore 03:03
  5. No Past 03:55
  6. Conflict Revelation 03:36
  7. Better Off Dead 04:42
  8. Violent Conspirator 01:40
  9. And Darkness Brings the Light 07:38
  10. Final Weapon 02:20
  11. Parasite 04:58
  12. Epitaph 04:43

Site(s) du groupe :

Site web de HARLOTT
Par olivier no limit

Publié le 03/04/2017

Télécharger légalement

Quand on pense à l’Australie, on pense hard rock. Cependant il y a un groupe nommé HARLOTT qui vient du pays des kangourous et qui lui, fait dans le thrash old school. Né en 2006, ayant à leur actif deux EP et deux albums, voici leur troisième méfait tout chaud servi qui a pour nom « Extinction » …et ça fait mal . Effectivement, ce combo est redoutable. Déjà de par son jeu : ici on ne triche pas, on maitrise son art …avec cohérence et efficacité. Tout est mis en place pour donner le maximum. On a l’impression que ces mecs jouent ensemble depuis longtemps déjà, vu le rendu que leur metal dégage.

 

 Servie par un mix au top, leur musique « déménage » aussi bien au sens propre qu’au sens figuré. Ils jouent de manière nerveuse et même quand ils commencent en mid tempo (And Darkness Brings the Light), ils ne peuvent pas s’empêcher de s’emballer, comme ce genre de bolide qui au feu rouge fait vrombir son moteur et qui l’instant d’après avale le bitume. Questions pulsations ils peuvent aussi jouer la partition du hyper speed, le tout trempé dans un acier affuté pour le combat (Conflict Revelation, Violent Conspirator). Solos impeccables de rapidité et d’attaque, couple basse / batterie élevé à la testostérone, du super bon riffs posés sur la corde raide (Violent Conspirator, Better Off Dead, Parasite) et des intros courtes et inquiétantes (The Penitent) qui ne sont pas sans rappeler le genre d’ambiance que l’on peut trouver sur des titres comme « Seasons in the abyss ».

 

 Alors bien sûr venons-en aux influences. La voix, à mon sens, est une sorte de croisement entre Chuck Billy (TESTAMENT) et Tom Araya (SLAYER), dans la manière qu’a Andrew "Andy" Hudson de placer ses mots, selon la rapidité des titres sur lesquels il s’exprime. En mid tempo il fera plus penser à Chuck, mais quand il s’engouffre dans un chant « ultra » c’est plutôt à Tom que je me réfère. Après pour la musique, je trouve qu’ils sont clairement inspirés par la Bay area…quoique KREATOR soit un groupe qui a dû compter pour eux. Outre TESTAMENT pour les refrains accrocheurs, SLAYER pour la rage, il y a aussi de l’EXODUS en eux (Parasite, Conflict Revelation). Il y a même une référence à METALLICA dans le solo mélodique de « The Penitent » vers la fin de ce titre.

 

 Seulement voilà, ce ne sont que mes impressions et elles n'engagent que moi ; on s’appuie sur les gens que l’on connaît quand on essaye, avec des mots, de vous faire comprendre ce que l’on a ressenti à l’écoute d’un album. Ce qui est certain, c’est que : 1. ils possédent une certaine classe qui les hisse de suite dans le peloton des jeunes groupes qui comptent, 2. ils visent l’agressivité et l’efficacité tout en proposant un thrash qui sait ne pas être linéaire. Classique, sans surprise , mais redoutable !

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports