HERPES - Awakening of a Sleeping Madness

Chronique

Pochette de l'album Awakening of a Sleeping Madness par HERPES
  1. Intoxicated
  2. Cellar of Depravation
  3. Putrid Ritual
  4. Ravenous
  5. Summon the Unspeakable

Site(s) du groupe :

MySpace de HERPES
Par Mindkiller

Publié le 07/05/2012

 

Salut les deathsters. Aujourd’hui, après une longue absence, je reviens pour vous parler d’un groupe français qui, malgré un nom ne donnant que peu envie, envoie du lourd en matière de death typé 90’s. Formé aux débuts des années 2000 du côté de Nancy, Herpès peine à sortir sa première démo qui ne nous parviendra qu’en 2010. Il faut noter qu’à leurs débuts, le groupe jouait dans du death grind avant de se tourner vers le death old school teinté de thrash. Ne cherchant pas l’originalité mais plutôt l’efficacité dixit leur page sur Devil’s Blood Productions, ils joueront une musique qui, d’après l’engouement, plaira au plus grand nombre par un attachement particulier aux sonorités old school.

Ce premier effort est donc une tape. Une tape de qualité mais qui ne restera pas encore dans les indispensables. Les titres sont bons, efficaces mais déjà maintes fois entendus. Bon, d’accord, ce n’est pas comme si le groupe ne nous avait pas prévenus. Si on enlève quelques erreurs de jeunesses et les faussetés présentes, notamment sur les solos, le CD n’est pas à jeter. Mais un travail de son est à faire. Sans être dégueulasse, le son est trop brut et pas assez travaillé. Il manque un poil de finesse dans le mix. Mais n’en demandons pas trop pour une seconde démo. Pour ce qui est des vocaux, on est carrément plus placé dans du thrash death que du death pur et simple. On pourrait presque se rapprocher de KA par ce biais d’ailleurs.

Cependant, et même si sur bande cet album ne rend pas, tous les titres, sans exceptions, présagent de bons délires scéniques. Que ce soit Intoxicated avec ces passages au thrash old school allemand (Destruction par exemple) mais aussi aux ténors du death US, comme l’atteste le titre suivant. Ainsi donc, on s’imagine très aisément dans la fosse en train de pogoter grâce aux rythmes que nous fournissent ces nancéens. Mais alors qu’on headbangue comme un malade sur les titres proposés ici, une surprise, pas désagréable du tout, vient frapper. En effet, le pont Cellar of Depravation surprend par l’ambiance. On arrive dans du lourd et presque malsain. Alors certes, ce maxi est un premier jet et des défauts sont présents. Le plus flagrant reste, sur ce même Cellar of Depravation le manque de justesse dans les bend qui sont tenues dans le solo. Mais la qualité, outre ce défaut, est au rendez vous, et comme c’est le premier effort du groupe, on sera indulgent.

Un second effort concluant mais qui souffre d’une production limité qui ne sert pas forcément les titres présentés ici. C’est d’ailleurs pour cela qu’on ne demande qu’à voir le groupe sur scène. Pour prendre toute la mesure du talent du groupe et de l’énergie dont ils sauront faire preuve. A suivre donc.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports