HIRAX - Immortal Legacy

Chronique

Pochette de l'album Immortal Legacy par HIRAX
  1. Hellion Rising :a/ The Conquests b/ Thunder Roar
  2. La Boca de la Bestia – Mouth of the Beast
  3. Mass Hysteria
  4. Tied to the Gallows Pole
  5. Atlantis – Journey to Atlantis
  6. Victims of the Dead
  7. Black Smoke
  8. Sign of the Wolf
  9. Immortal Legacy
  10. Violence of Action
  11. Deceiver
  12. Mephistopheles
  13. Earthshaker
  14. The World Will Burn (Suffer the World)

Site(s) du groupe :

Site web de HIRAX
Par olivier no limit

Publié le 11/02/2014

Télécharger légalement

Quand tout part à vau l’eau, que tout m’énerve, que les crétins qui se prennent pour des chefs pourrissent mon quotidien, que les gens bien-pensant m’étouffent de leurs certitudes, je ne connais qu’un moyen pour m’extirper de cette chape de plomb que peut parfois revêtir le métro/boulot/dodo : je m’écoute du thrash ! Cela tombe bien, on va parler d’HIRAX qui sort un nouveau méfait le 24 fevrier.

Katon W. De Pena, le seul membre originel de ce groupe né au début des 80’, est noir, ce qui est assez rare dans ce milieu.

Au début de leur carrière en 1982, ils jouèrent avec des groupes comme METALLICA, SLAYER et EXODUS.
Un des premiers groupes du genre à mélanger vitesse, thrash et crossover.

Après une carrière qui ne fit pas d’eux des incontournables, ils tirèrent leur révérence jusqu’à ce qu’en 2000, notre De Pena décide de remettre le couvert.

Bon alors ils n’ont jamais été des « grands », juste des vétérans qui furent là aux premiers temps. Mais ils ont un mérite : ils donnent à leur thrash des pulsations aux allures de charges de cavalerie comme sur « Mass Hysteria » et « et Tied to the Gallows Pole » ; c’est mené tambour battant.

Franchement c’est du pur Bay Area au mordant, à l’agressivité comme sortie des années 80’.

Après on peut se dire cela sonne comme tel ou tel groupe, que cet album est moins inspiré que ce qu’ils ont pu déjà composer, c’est certainement vrai. N’empêche que les tempos sont sous tension, que les solos vous cisaillent les oreilles, que la voix y croit et que les riffs et rythmiques font ce qu’on leur demande, à savoir vous en mettre plein les oreilles.

Seulement voilà, pour apprécier il faudra que vous aimiez justement la manière de chanter du pousseur de gosier. Certains la trouveront un peu caricaturale, et d’autres, pur vintage, bien dans la note. Je trouve que son grain de voix a quelque chose à voir avec un certain Paul Baloff, qui le remplaça d’ailleurs un temps. On peut penser également à John Conelly (NUCLEAR ASSAULT).

Un album en dehors du temps .

Cela sort le 24 fevrier et m'a été adressé par Roger de REPLICA PROMOTION.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

CHRONIQUE MINDKILLER

Hirax, c’est l’histoire d’un groupe qui est là depuis les premières heures de gloire du thrash mais qui a énormément peiné à se faire un nom sur cette scène. Au point où le groupe décide de mettre un terme à sa carrière après leur compilation de1987 Hate, Fear and Power. Ils se reforment dix ans plus tard pour sortir un split et leur discographie sera assez bancale puisque le groupe n’a sorti depuis cette période que 4 albums. Alors je tiens à préciser à tous les lecteurs de mon papier qu’il y a un parti pris énorme pour cet album que j’assume totalement.

Le dernier, objet de la chronique du jour, est assez particulier. Déjà, je ne m’étais jamais vraiment beaucoup penché sur ce groupe. Je savais qu’il était là depuis longtemps mais sans vraiment y prêter une énorme attention. Pourtant les visuels du groupe sont assez accrocheurs si l’on aime le thrash. Peut-être avais-je eu raison de ne pas faire très attention à ce qu’ils faisaient… Leur musique n’est pas mauvaise pour autant mais elle manque de hargne. Les artworks sont donc trompeur à ce niveau. Alors c’est bien joué, bien exécuté, mais on a plus affaire à du heavy punchy qu’à du thrash pour moi. Comprenez que nous sommes loin d’un Warbringer, Kreator, Sodom ou même Exodus. Le son est mou alors que la production assure, donnant pas mal de relief à la musique. Mais le souci majeur pour moi vient du chant. Un mélange entre Belladonna (Anthrax) et Eric Adams (Manowar). Ça ne fait pas s’envoler le tout. Même quand le chant se veut rageur. Un peu trop d’harmonie dans les riffs mélodieux aussi font que le soufflé peine vraiment à monter. Je sais, vous allez vous dire que je suis versé un peu trop dans l’extrême et que du coup je deviens difficile. Il y a peut-être de ça. Mais comprenez que toutes ces mélodies cassent vraiment les ambiances que peuvent donner la musique. Et ces mid tempos trop souvent présent. Les gars vous faites du THRASH merde ! Alors il y a bien quelques titres qui sortent du lot, comme par exemple le bon Sign of the Wolf. Mais les titres de ce calibre ne sont malheureusement pas légions…

Après, comme souvent, il aurait peut-être fallu une production un peu plus sale. Comprenez qu’ici tout est trop propre. Les saturations sont convenues et surtout n’emballent pas. Seul le son de basse, un peu froid, permet une bonne appréciation de la musique. Alors oui, cet album va plaire, mais je pense que les plus gros fans de thrash plutôt violent vont s’en aller voir ailleurs laissant cet album aux fans de heavy aggressif. Un coup dans l’eau pour ma part.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports