HORNA - Aänniä Yössä

Chronique

Pochette de l'album Aänniä Yössä par Horna
  1. Raiskattu Saastaisessa Yalossa
  2. Nontajan Kutsn
  3. Mustan Surman Rukous
  4. Aani Yossa

Site(s) du groupe :

Site web de Horna
Style : voir chronique
Par Samigina

Publié le 10/01/2007

 

J’espère que la tracklist vous aura avancé. Le label français, il faut le préciser, Debemur Morti a vraiment du flaire pour choisir les groupes qu’il produit. Label donnant exclusivement dans le registre Black Metal. Ce qu’il y a de sûr, c’est que ce n’est pas les Finlandais de Horna qui vont contredire la règle. L’album sortant sous la bannière de Debemur Morti s’intitule « Aänniä Yössä ».

C’est à une valeur établie depuis plus d’une décennie que nous avons à faire. Horna a été fondé en 1993 et a sorti cinq albums précédant ce « Aänniä Yössä ». Il ne faut pas se tromper non plus sur le nombre de titres, car malgré la présence de seulement quatre morceaux, il s’agit bien d’un véritable album possédant pas moins de 43 minutes. 43 minutes de « brutal, primitive hateful Black Metal », rien de moins, je cite. Le terme « brutal » me dérange quelque peu car cet album n’a pas tendance à faire ressortir ce côté. Il comporte certes des irremplaçables blast bits (même uniquement) mais toujours décolorés de guitares sereines suintant le malaise. Il ne s’agit pas là d’une brutalité « mardukienne » mais d’une rapidité rythmique mise au service d’un vent froid soufflé par le démon primitif.
Le son de l’album est très linéaire à la manière d’un Drudkh, ce qui est loin d’être désavantageux. Ainsi l’ambiance ne tarde jamais à s’établir. Rien n’est en avant, rien n’est en arrière, tout est audible. Ce son evil typique des formations caveuses est tranché par la voix criarde de Corvus. Horna flirt sur la voix creusée par Burzum, mais possède une identité propre, notamment avec son blast incessant.

Voila un cd qui certes ne révolutionne pas le milieu, mais leur a-t-on demandé ça ? En tout cas Aänniä Yössä s’écoute tout seul, couvre à souhait le peu de lumière qu’on arrivait à faire percer par de faibles bougies, et couvre à souhait également l’intérieur de l’être, appelé sentiment. Horna vise l’émotion ; c’est réussi.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports