HUMAN MASTICATION - Persecute To Bloodbath

Chronique

Pochette de l'album Persecute To Bloodbath par Human Mastication
  1. Repulsive Display of Dismembered Bodies
  2. Persecute to Bloodbath
  3. Deadly Visions in my Head
  4. Womb Full of Scabs (Disgorge)
  5. Obsession to Grisly Mutilation (Bonus Track)
  6. Dragged and Raped for my Feast (Bonus Track)
  7. Outro (Instrumental Bonus Track)

Site(s) du groupe :

MySpace de Human Mastication
Par Giliath

Publié le 24/10/2011

Télécharger légalement

Qui aurait pu prédire qu'à Damao dans les Philippines un groupe de brutal death allait voir le jour ? Au milieu d’un magnifique paysage constitué à 50 % de marécages et de forêts, nous avons la chance de faire la connaissance des quatre membres du groupe Human Mastication. Fondé en 2001, il se compose de Gee au chant, Jay à la guitare, Bill à la basse et de Long à la batterie. Human Mastication a consacré déjà beaucoup de son temps à l’élaboration de démos, de split, d’un premier album intitulé Grotesque Mastication of Putrid Innards datant de 2008. Mais les voici de retour avec un EP nommé Persecute To Bloodbath comprenant 7 titres dont 3 bonus sorti le 01 août 2011 avec le label américain Sevared Records. Espérons que très bientôt nous pourrons enfin les voir pour des tournées mondiales.
Le début de l’album, on s’en serait douté, est loin d’être apaisant. Si vous vouliez entreprendre un moment de relaxation et de méditation, comptez le faire beaucoup plus tard, après l’écoute de cet album. En effet, on est directement mis dans l’ambiance avec un titre court mais efficace intitulé Repulsive Display Of  Dismembered Bodies. Avec un chant qui pourrait être celui d’un animal, Gee le chanteur, nous délivre une horde de gruiks mélangés à des paroles complètement incompréhensibles. Tout dans l’ensemble est une véritable boucherie. La guitare exécute des riffs simples et répétitifs pendant que la batterie donne la mesure à un chant des plus grave. La suite des évènements arrive par le titre Persecute To Bloodbath sans qu’on ait l’impression de changer de titre. Tout se ressemble énormément, par l’interprétation des riffs jusqu’au chant saccadé de Gee. La batterie quant à elle est aussi très similaire au morceau précédent. Tout est exécuté dans un élan de sons lourds et irréguliers. La clôture se fait par une bande son de quelques secondes pour marquer la fin de ce deuxième titre. Il n’y a que le quatrième titre intitulé Womb Full Of Scabs qui n’est pas composé par le groupe. Le compositeur de celui-ci est le groupe Disgorge (brutal death). Un groupe californien dont les fondations sont beaucoup plus vieilles (1992). On peut retrouver ce titre sur leur première démo Cognitive Lust Of Mutilation. On remarque le changement d’auteur malgré le style similaire par des riffs plus marqués de la part de la guitare. Quelques passages un peu plus "mélodiques". Car tout ceci reste dans le même registre. Le chant reste incompréhensible et la rythmique est tout aussi saccadé et rapide. Le premier titre bonus nous donnera vite la sensation d’avoir la nausée par les bandes sons empruntées : une femme pleurant (sûrement sur le point de se faire massacrer) avec un fond de chair blessé. Ce titre intitulé Obsession To Grisly Mutilation est très vivace. Il s’agit d’une vraie mutilation pour nos oreilles ayant du mal à suivre avec toute l'ampleur du son dans de très courtes durées. Il y a énormément de ressemblance avec le reste de l’album. Il n’y a pas beaucoup de variations et d’éléments qui marquent le début d’un nouvel épisode. Le cauchemar commence du premier titre et marquera sa fin au septième titre. Celui-ci s’intitulant Outro (Instrumental) est une pièce ne comprenant que la guitare et la batterie. Si vous avez un besoin d’improvisation au chant par-dessus, tout est permis. Un morceau relativement neutre sans fantaisies même s’il aborde à son tout début une modification du son pour donner un effet d’explosion.
Pas de surprises pour la pochette ! Elle colle parfaitement au style en revêtant un artwork des plus nauséeux. Avis aux amateurs d’illustrations hard. Cette pochette est saturée d’éléments choquants et elle ne connaît aucunes limite dans la démonstration de la mutilation.
Tripes et boyaux sont exposés sans aucune gêne tout comme le brutal death de Human Mastication qui n’hésite pas à exposer ses arguments par un son pesant, agressif armé d’un chant animalier des plus monstrueux. Cependant on peut apprécier le travail du groupe sur l’ambiance dégagée tout au long de cet album. Un album qui ne peut pas être mis entre toutes les mains. Les amateurs de grind et de brutal pourront se frotter les mains en découvrant ce groupe qui n’a pas finit de faire parler de lui.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports