INIQUITOUS SAVAGERY - Subversions Of The Psyche

Chronique

Pochette de l'album Subversions Of The Psyche par Iniquitous Savagery
  1. Prey To The Agonies Of Morbid Apprehension
  2. Transient States Of Metaphysical
  3. Cognitive Dissonance
  4. Sadistic
  5. Subversions of The Psyche
  6. Propagating a Pestiferous Enmity
  7. Prognosis of Terminal Parasitic Degradation Facilitating The Process For Utter Decomposition
  8. Subjugated Into Pathological Servility

Site(s) du groupe :

Site web de Iniquitous Savagery
Par Baptiste

Publié le 22/09/2015

 

L’Ecosse a pour nous autres français cette image pittoresque de cornemuses, kilts et de « monstres des lacs qu’on voit nager certains soirs d’été et replonger pour l’éternité » pour paraphraser le grand Michel. 
La nation Britannique est en revanche moins célèbre pour son death metal. Pour son metal tout court d’ailleurs. Si des groupes récents commes Alestorm ou Mendeed se sont fait un nom, reste que l’Ecosse reste dans l’ombre de son encombrant voisin anglais.

Qu’il est donc rafraîchissant de chroniquer ce premier album de Iniquitous Savagery ! Le groupe pratique un brutal death old school de bonne facture. Pas d’éléments modernes ici, on retrouve le death metal rageux et groovy tel qu’il se pratiquait il y a 20 ans.

La structure alambiquée des morceaux rend l’écoute difficile de prime abord. Puis au détour d’un riff, d’un break, d’une ligne mélodique on est accrochée par la musique du groupe. On est d’ailleurs frappée par la sincérité de la démarche. Il semble évident que les membres du groupe sont des amoureux du death et s’évertuent à le dénaturer le moins possible. 

La production organique joue d’ailleurs un rôle majeur dans le développement de l’ambiance malsaine omniprésente. A l’inverse de leurs compatriotes de Man Must Die et leur batterie over triggée, elle a sur Subversion Of The Psyche un rendu très naturel malgré un son métallique un peu sec de la caisse claire. 
La guitare est à la fois très lourde et groovy à souhait. Son rôle est d’ailleurs prépondérant dans le travail de l’ambiance, notamment grâce au tremolo utilisé avec intelligence.
Le growl caverneux est plus que correct malgré son absence de variation. Cela ne pose cependant aucun problème à l’écoute. 

L’album souffre cependant d’un léger manque de variété que ne compense pas sa faible durée. Le groupe aurait gagné à composer plus de morceaux comme « Cognitive Dissonance » qui sort vraiment du lot avec sa guitare aigüe et son final au groove insolent.

Nous sommes néanmoins en présence d’un solide album de brutal death qui, sans être l’album de la décennie, devrait content les fans du genre. Sans réinventer le style, Iniquitous  Savagery rend un bel hommage à ses glorieux ainés.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports