JACK SLATER - Extinction Aftermath

Chronique

Pochette de l'album Extinction Aftermath par Jack Slater
  1. Pheromon
  2. Dysthymia
  3. Martyr
  4. Funkenflug
  5. Happy Hour
  6. Omniscience
  7. 4 8 15 16 23 42
  8. Konstrukt
  9. Resser Frednik
  10. Extinction Aftermath

Site(s) du groupe :

Site web de Jack Slater
Style : voir chronique
Par Darkgrinder

Publié le 20/03/2010

 

(Brutal death metal)

Jack Slater, un nom pareil, c’était au choix un meurtrier au passé remarquable, soit un nom de héros d’une production amerloque. Et bingo (un wikipédia plus tard pour moi parce que ma culture cinématographique est réduite), Jack Slater c’est le héros de Last Action hero ! Alors franchement, je me demande : Y a t’il tant de groupes de metal que les nouveaux en soient forcés de porter n’importe quel sobriquet !! Pourtant Jack Slater (le notre), n’est pas un groupe de grind à la sauce comique, mais bien du metal tout ce qu’il y a de plus sérieux et de plus remarquable qui plus est. De plus, cette formation n’en est vraiment pas à ses premiers sangs, avec plus de 15 ans d’expérience dans le style death dit « technique » Jack Slater se pose. Comme grandes influences je pense qu’on peut citer Cannibal Corpse mais surtout Necrophagist. Cependant, nous n’avons pas là à faire avec une pâle copie, mais bien à un groupe à fort potentiel créatif.
Au capital de destruction que l’on associe souvent au brutal death metal Jack Slater n’hésite pas à fournir nombre d’exercices techniques histoire de renforcer l’intérêt. Exit, le bourrinage tête baissée et place à un death à la violence toute maîtrisée. Ainsi on peut compter sur d’excellents contre-temps et décalages de tympo pour la batterie (celui du 7ème titre est particulièrement sympa), de nombreux breaks de basse parfois audacieux et des classiques pitchs harmoniques qui jouxtent des harmoniques plus dangereuses voire presque expérimentales pour la guitare. Tout cela est particulièrement bien fait, Jack Slater joue droit et bien et est capable par exemple d’intégrer de nombreux blancs d’un quart de seconde (très impressionnant vu la rapidité et la densité des morceaux).
Cependant Jack Slater n’a pas la même saveur addictive que les grosses pointures. Je crois que sa faiblesse vient de la difficulté que rencontre le combo à varier les rythmes. Non, « Extinction Aftermath » ne va pas toujours à la même vitesse, ce n’est pas du tout ça, au contraire même. Par contre les changements s’avèrent d’une efficacité relative. Ainsi, il n’y a par exemple que peu de montées qui gonflent la pression de manière insidieuse. Et grand absent, des solos étourissants pourtant si souvent présent dans le style. Mais je suis dur avec cette dernière critique. Car il ne faut surtout pas qu’elle masque la vérité quant à la réussite que représente « Extinction Aftermath ». N’importe quel adepte de brutal death y trouvera son compte tant il est puissant et bien mené !

http://www.myspace.com/jackslater666

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports