JENNY IN CAGE - The Perfect Side of Nonsense

Chronique

Pochette de l'album The Perfect Side of Nonsense par Jenny in Cage
  1. City of White Houses
  2. Carpe Diem (Modern Vampires)
  3. Just a Toy Boy
  4. God(s)
  5. The Perfect Side of Nonsense
  6. Broken Boy Untold
  7. Not Communicate
  8. One More Day on Earth
  9. A Beautiful Wrong
  10. In The End
  11. Shade of Memories
  12. The Lonely Man of the Cotton Field
Par Eki

Publié le 03/11/2014

 

Formation parisienne ayant commencé à jouer ensemble en 2008, Jenny in Cage est un groupe de rock indépendant aux multiples influences. Ayant sorti en 2009 un premier album intitulé ‘Solid Liquid Ether’, en partenariat avec MTV Pulse à l’époque, ils nous reviennent avec un second opus prévu pour le mois de Janvier : ‘The Perfect Side Of Nonsense’. La perte en cours de route de 3 membres ainsi qu’une promotion faiblarde pour le premier album a contraint le groupe à faire appel à KissKissBankBank, site de financement participatif, afin de pouvoir s’accorder une production correcte pour ce nouvel opus. A noter que l’enregistrement a été réalisé par Fred Duquesne (Brigitte, Bukowski, Mass hysteria).

Leur musique est un Rock assez varié dans ses influences, allant de riffs assez Stoner dans l’esprit et faisant penser à des groupes comme Queens of the Stone Age, Monster Magnet ou encore Foo Fighters, à des touches presque Neo Metal par moments (la première minute de 'Just a Toy Boy' fait fortement penser à Deftones notamment).

Le début de l’album, plutôt axé sur la mélancolie et une voix presqu’aérienne façon Chino Moreno, laisse vite la place à des compos plus péchues avec des morceaux comme ‘Just a Toy Boy’, ‘Not Communicate’ ou encore ‘God(s)’. La recette musicale appliquée est dans cet esprit Néo Metal décrit plus tôt : des couplets où les guitares sont légèrement en retrait, avec quelques notes qui vont composer la mélodie, pour être reprises lors du refrain avec de la distorsion et un son plus lourd. A défaut de surprendre, cela fonctionne assez bien dans son ensemble.

Le chant quant à lui, intégralement en anglais, ne propose rien de bien original mais reste efficace pour ce genre musical. Hormis quelques brefs passages avec des effets, le chant est très Pop, parfois un peu plus enragé, mais globalement très propre. On se croirait par moments à la croisée des chemins entre Placebo période ‘Sleeping With Ghosts’ et Smashing Pumpkins (‘A Beautiful Wrong’).

La construction des morceaux, bien qu’assez classique dans leur globalité, avec des pistes allant de 2 min 30 à 4 min en moyenne, évolue sur la fin. Les deux derniers morceaux, ‘Shade of Memories’ et ‘The Lonely Man of the Cotton Field’, atteignent quant à eux presque 8 min. Ce dernier est d’ailleurs la ballade de l’album, sorte d’outro tout en douceur, et l’un des plus inspirés. La boucle est bouclée, la mélancolie l’emporte à nouveau, la puissance des guitares saturées laisse la place au son clair des guitares qui, telles une comptine que l'on écouterait avant d’aller dormir, closent l’album sur fond du bruit des vagues, comme on referme un livre.

Dans l’ensemble,‘The Perfect Side Of Nonsense’ s’adresse avant tout à ceux qui apprécient le Rock teinté de Néo Metal, saupoudré de passages plus Pop. Jenny In Cage nous propose là un album abouti dans sa réalisation comme dans son écriture, même si l’on apprécierait un peu plus d’audace dans les compositions pour la suite, qu’on leur souhaite avec plus de succès.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports