KILLUS - Never Something Was So Real

Chronique

Pochette de l'album Never Something Was So Real  par KILLUS
  1. New Army Without Fear
  2. Wake Up
  3. Vehemence
  4. Way to Desperation
  5. Killus
  6. Never Something Was so Real
  7. The Labyrinth's Door
  8. The Path of the Forgotten
  9. Living to Die
  10. World's Disease
  11. Temple of Love
  12. Inside
  13. Walls Stained Red
  14. Everything Ends
  15. Falling from the Sky

Site(s) du groupe :

MySpace de KILLUS
Par Giliath

Publié le 29/01/2012

Télécharger légalement

Sous le soleil ardent de la commune de Villarreal en Espagne, nous allons parler d’un phénomène qui  fera surement parler d’elle. Hé non, il ne s’agit pas de son club de football mais d’un groupe y ayant pris naissance en 2005. Il s’agit du groupe Killus. Celui-ci  est composé d’un quatuor relativement excentrique par le chemin musical emprunté. Vous  y retrouverez au chant Supersixx, Ruk à la guitare et à la programmation, Luar Fixx à la batterie et enfin Premutoxx à la basse. Ces fans de Sepultura, de deathstars ou de Clawfinger parmi tant d’autres, sont considérés par la scène nationale comme le meilleur groupe de metal industriel. Ils ont pu participer à quelques compilations internationales  avec des grands du style tels que les groupes Nine Inch Nails ou Ministry.  En sept ans, Killus en est à son troisième album. Sorti le 13 octobre 2011, il s’intitule Never Something Was So Real sous le label Axiis Music. Il est très prometteur mais nous allons y venir.

Bienvenue dans un autre monde ! Dès la première écoute du titre New Army Without Fear, il y a comme un goût de déjà entendu qui s’effectue à l’écoute du chant et de la musique. Nous sommes tout de suite plongés dans l’univers de Marilyn Manson. Cette ressemblance nous interpelle par le chant et l’ensemble musical. Rien n’est normal, vous franchissez la limite du réel. Un univers dérivant sur l’excentricité et les effets musicaux. Dès lors, ce voyage des plus déluré continue sur les titres suivants, offrant à l’auditeur, 15 titres au son des plus électroniques. Cette petite industrie musicale frôle parfois le style gothique par la rythmique. Vous en avez le parfait exemple avec les titres Vehemence ou encore avec le titre éponyme au groupe. Il s’agit là d’un album très énergique, hors norme, utilisant un échantillon très varié de sons électroniques collant très bien avec le chant ressemblant comme deux gouttes d’eau à celui de Manson  par la voix utilisé et la façon de chanter. Un style musical bien propre au groupe qui donne un rendu unique et assez malsain. Un titre sortant du lot, beaucoup plus calme et sobre au niveau de la programmation. Il s’agit du titre Never Something Was So Real. Un titre presque tragique par la mélodie et la rythmique mais qui garde toujours un chant très spécial faisant exception. Dans tous les cas, hormis la musique, le groupe pense à tous les petits détails (maquillage, lentilles…) qui font d’eux quatre âmes possédant un certain talent pour sélectionner un certain public. Leur musique utilise des codes pas forcément très utilisés chez les adeptes de la brutalité et du headbanging. Mais musicalement, l’ensemble est intéressant et atmosphérique par moment. La preuve en est sur le titre intitulé The Path Of The Forgotten. Nous retrouvons parmi une certaine brutalité dans les guitares et le chant, des vagues de clavier très aérée et douces faisant contraste avec tout ce que l’on a pu entendre précédemment. Pour clore cette analyse, notre esprit est très malmené et peut être pris de confusion par moment. Tellement de ressources utilisées et d’univers différents dans chacune des pistes. D’un côté, la face violente du chant, de son interprétation et des guitares. De l’autre, la face cyber-metal hyperactive utilisant de l’électronique sans compter  et les vagues de claviers adoucissant le tout.

Avec une pochette comme celle-ci, inutile de vous dire que le groupe Killus ne passera pas inaperçu. Très malsain et d’un goût très particulier tout comme sa musique. Je doute que quelqu’un trouve ces boyaux posés sur la table au premier plan très ragoutants. Mais cela fait parti de ce monde si spécial et unique. Quelque part, on peut dire que le groupe a eu le cran de choisir la différence.

Cet opus n’est pas à mettre entre toutes les mains, mais les adeptes de cyber-metal, d’industriel ou de gothique pourraient y trouver leur bonheur.  Il reste intéressant aussi à écouter pour tous ceux curieux du style ou aimant la différence. La musicalité est originale et de très bonne qualité.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports