KORITNI - Welcome to the Crossroads

Chronique

Pochette de l'album Welcome to the Crossroads par KORITNI
  1. Down at the Crossroads (featuring Jeff Scott Soto)
  2. Better Off Dead (featuring Rusty Brown)
  3. Party's Over
  4. Now a Word From Our Sponsors
  5. TV'S Just a Medium (featuring Jeff Waters)
  6. Lost For Words
  7. Sidney In Summertime
  8. Sometimes
  9. Money Talks, It Says Goodbye
  10. Let's Go Crazy
  11. Hold On
  12. Take It Like A Man

Site(s) du groupe :

Site web de KORITNI
Par Mindkiller

Publié le 16/03/2012

Télécharger légalement

Bonjour à tous. Bon j’avoue qu’aussi géniaux soient les albums que j’ai pu vous proposer récemment, il manquait cette couleur chaude propice à l’arrivée du printemps, des barbecues qui vont commencer à sortir et des festivals en tout genre se rapprochant vite. Et oui, un des premiers gros européens est dans trois mois et accueillera le groupe Koritni. Et comme le hasard fait bien les choses, c’est de ce groupe dont je viens vous parler aujourd’hui.

Enfin, le groupe... Je m’étais arrêté à leur tout premier album à l’époque où ils s’appelaient Green Dollar Colour et je les avais entr’aperçuau HellFest 2009 mais sans me pencher plus que ça sur leur musique. C’est donc avec une impatience non dissimulée que je place la nouvelle galette dans le lecteur. Alors pour ceux qui comme moi s’étaient arrêtés à Green Dollar Colour vous n’allez pas être déçu par ce Welcome To The Crossroads. Il sent, dès l’ouverture, aussi bon que le premier effort de Lex Koritni. Une couleur bien chaude s’en dégage. Une musique faite pour avaler le bitume lors des virées d’été.

Pour cet album, m’sieur Koritni a su s’entourer puisque l’on trouve pèle mêle Jeff Scott Soto, Rusty Brown, un illustre inconnu pour moi ainsi que Jeff Waters. Du beau monde tout de même qui vient prêter main forte au combo. Comme s’il avait besoin de ça. Car le nouveau Koritni est tout ce qu’il vous faut pour entamer comme il se doit votre été. De la musique festive qui sent bon l’insouciance et la fête. Les musiques sont tout ce qu’il y a de plus (hard) rock. Les soli sont exécutés à merveille et la voix de Lex est encore une fois maitrisée comme il le faut. Il faut peu de titres pour tout de suite être embarqué dans ce tourbillon australien. Au bout du 2e titre,vous vous voyez déjà taper du pied et bière à la main. Alors, oui ça sent un peu le blues aussi. Mais avec un titre d’album pareil, c’est normal. Pour ceux ne connaissant pas la légende, elle fait référence à Robert Johnson. En effet, ce guitariste noir américain des années 20 s’était fait rire au nez quand il s’était présenté aux différentes maisons de disque sa guitare à la main. Toutes lui ont dit d’apprendre à jouer. Un an plus tard, le même personnage revient et joue comme un dieu. Il déclarera qu’il a vendu son âme au diable pour savoir jouer de la guitare à ce fameux Crossroads.

Pour le groupe, pas besoin de vendre son âme au diable. Et même si les slide guitars propres au blues et rock sudiste sont là, c’est tout de même de hard qu’on parle. Un hard festif certes, mais de hard. La voix un peu éraillée, mais néanmoins suave est là pour faire parler la poudre. L’alchimie que l’on trouvait sur l’opus de Green Dollar Colour est poussée à son paroxysme. Le groupe reprend ses bonnes recettes et les exploite tout au long de ces trop courts douze titres. Ces titres qui savent mêler riffs pêchus à des phrasés plus funky (Party’s Over par exemple) qui font pourtant mouche. Certes l’école US 90’s est là, mais pas que. Car on trouve toutes les décennies du hard dans la musique de Koritni ainsi que cette touche particulière propre au groupe. Alors certes, pour ceux qui comme moi n’ont pas pu suivre le groupe sur tous ses albums, on est en droit de se demander si évolution il y a eu tout au long de ces presque dix années de carrière. Mais je répondrais à cela qu’on s’en tape un peu le coquillard. Les fans n’ont pas tourné le dos à AC/DC ou Iron Maiden qui se renouvelle peu ou pas du tout mais qui savent quand même faire mouche à chaque albums (ou presque).

Koritni nous prouve donc que c’est un groupe fait de ce boislà. Les titres sont bons, festifs, légers mais pas trop. Bref un album qu’onpassera sûrement à chaque arrivée d’été et de ses frivolités. Des recettesinchangées mais qui marchent. Et un album qui va tourner encore longtemps dansma platine. Allez-y les enfants, ça c’est du rock !

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports