LIMBONIC ART - Spectre Abysm

Chronique

Pochette de l'album Spectre Abysm par LIMBONIC ART
  1. Demonic Resurrection
  2. Ethereal Traveller
  3. Omega Doom
  4. Requiem Sempiternam
  5. Triumph of Sacrilege
  6. Disciplina Arcani
  7. Through the Vast Profundity Obscure

Site(s) du groupe :

Site web de LIMBONIC ART
Par olivier no limit

Publié le 06/06/2017

Télécharger légalement

Après sept ans de silence, voici revenir le groupe Norvégien de Black metal LIMBONIC ART qui sortira le 7 juillet son nouvel opus « spectre Abysm ». À sa tête Daemon (Vidar Jensen), véritable maitre d’œuvre de cette formation...Puisqu’il semble en être le seul membre, après sa séparation, il y a quelques années d’avec Krister "Morfeus" Dreyer. Sinon en ce qui concerne la musique, ici on continue d’emprunter le chemin tracé par « Phantasmagoria ».

 

Bien qu’étant estampillé du sceau de black symphonique, les claviers ne sont là que pour donner de la profondeur à la musique, à savoir un Black metal très classique et certainement pas Sympho. Comment vous dire ? J’ai écouté cet album comme on visionne un film d’horreur. Déjà il y a une tension permanente, car la batterie (qui est en fait une machine), est souvent basée sur un tempo rapide, blast beat en avant. Certains trouveront que cela fait linéaire et que ça manque de respiration, même s’il y a des titres comme « Requiem Sempiternam », qui baigne dans une mouvance plus ambiante tout en restant tendu dans l’émotion dégagée. Effectivement, cette pêche « mécanique » donne un côté froid à la musique tout en vous mettant les nerfs sous pression tel un arc tendu qui ne lâche pas prise. Ensuite il y a la voix typique du genre qui parfois se démultiplie en plusieurs vocaux comme sur le très flippant « Through the Vast Profundity Obscure ». Et puis on trouve de ses mélodies drivées par une guitare qui ne joue pas le côté technique de la Bête, privilégiant des notes simples et répétitives, charriant un sentiment d’angoisse, avec un je ne sais quoi d’épique.

 

Cerise sur le gâteau, ce Black là n’a rien de calme étant au contraire rageur, direct. Au final, même si certaines harmonies sont construites sur des montées et des descentes (Omega Doom), que l’inspiration et l’originalité ne sont pas toujours de mise, je trouve que cette musique, bien qu’étant réitérative, dégage une atmosphère vraiment glaçante presque hypnotique. Il est vrai que je ne suis pas un grand expert en Black metal, mais ce que j’aime ici, c’est qu’on pénètre dans un univers marqué par un ego , comme en vase clos et que cela se sent. Cette démarche en devient hypnotique. Certains jetterons l’éponge jugeant cet album trop « sur un même plan », d’autres y plongerons avec délice. Et puis ne me dites pas qu’après avoir écouté « Through the Vast Profundity Obscure », vous n’avez pas regardé derrière votre épaule.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports