LODZ - Time Doesn't Heal Anything

Chronique

Pochette de l'album Time Doesn't Heal Anything par LODZ
  1. Negligence
  2. Time Doesn't Heal Anything
  3. The Sound of Deceit
  4. Shattered Dreams
  5. Nothing Else to Do
  6. Cataract
  7. This Feeling
  8. Everything Is Fine

Site(s) du groupe :

Site web de LODZ
Par olivier no limit

Publié le 26/03/2017

Télécharger légalement

« En prenant le temps », voilà ce qui caractérise à mon sens la démarche de LODZ, groupe Lyonnais qui signe avec ce « Time Doesn't Heal Anything » son deuxième album. Alors pourquoi « en prenant le temps » ? Parce qu’ils n’avaient rien fait depuis 2013, date de « Something in Us Died » et puis également parce que leur musique, mélange de post rock et de metal atmosphérique, se décline sur des tempos en général peu mouvementés mais qui ne manque pas d’une certaine force.

 

Leur carte maitresse est de jouer sur l’alternance et cela sur deux niveaux. Il y a les variations entre voix claire et growl, contraste dans le rendu des guitares entre gros son puissant et mix aux notes délicates. Tous ses éléments s’entrelacent ou se séparent aux grés de leur inspiration. Une sorte de flux et de reflux qui porte en lui de belles mélodies empreintes d’une mélancolie porteuse de tristesse mais aussi de rêverie (Time Doesn't Heal Antoing). On plane dans leur univers pulsé par une batterie qui donne des « à coups » histoire de rendre nerveux leurs ambiances assez désespérées, ourlées souvent de pointes de colère (The Sound of Deceit). J’avoue qu’à ma première écoute j’ai trouvé que leur musique était toujours sur le même mode . On voudrait parfois qu’ils se penchent vers d’autres mondes musicaux, histoire de ne pas lasser l’auditeur. Mais...ce n'est qu'une première impression car ...

 

 .... au bout d’un moment on se rend compte que, outre un mix excellent et une musique bien exécutée, il y a plusieurs nuances de gris dans leur musique (je n’ai pas pu m’en empêcher !). Ils savent mettre du relief, de l’impact dans leur propos, ou se faire lointains et éthérés comme sur certains passages de « Shattered Dreams ». J’aime particulièrement « Nothing Else to Do » qui commence " rage et growl " en tête, accompagné de chœurs lointains qui reviennent comme une litanie, puis qui se retient sur fond de contretemps, entrecoupé d’accès de violence où la voix mute en black. En fait, sur la toile de leur création, ils savent y poser des sentiments tout en subtiles variations. Ils aiment, entre autre des artistes comme CULT OF LUNA, KATATONIA et cela se sent. Une musique qui se déguste à la tombée de la nuit, quand la terre se plonge dans l’obscurité.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports