LORD SHADES - The Uprising of Namwell

Chronique

Pochette de l'album The Uprising of Namwell  par LORD SHADES
  1. Beyond the Wall of Sleep [instrumental] (4:18)
  2. Nightly Visions (4:16)
  3. The dark Host (6:42)
  4. The Gift (10:21)
  5. Woe to Thee [Vae Solis] (9:04)
  6. The Revenge of Namwell (8:38)
  7. The Awakening (6:30)
  8. A new Dawn (15:47)

Site(s) du groupe :

Site web de LORD SHADES
Par olivier no limit

Publié le 25/01/2018

Télécharger légalement

Bon là on ne peut pas parler d’album mais …d’œuvre. J’ai demandé à DOOWEET de chroniquer cette galette parce qu’ils faisaient du death et en fait je ne savais pas qu’avec ce « The Uprising Of Namwell », je tombais sur le dernier volet d'une trilogie débutée en 2008 avec "The Downfall of Fïre-Enmek" poursuivie en 2011 avec "The Rise of Meldral-Nok". Ces musiciens originaires de l’Indre peuvent être fiers de leur travail. C’est comme un voyage aux multiples rivages.

 

Tenue en laisse par un growl profond et caverneux, leur musique navigue au gré d’un death mélodieux aux couleurs black/ dark atmosphérique, le tout serti d’un peu de sympho et de l’ajout en touches discrètes et subtiles d’instrument traditionnels. Après une belle introduction (Beyond The Wall Of Sleep) ils nous servent des titres comme « Nightly Visions » où l’on discerne un peu d’accordéon , « The Dark Host » aux riffs et rythmiques sombres et inquiétantes ou bien encore « The Gift » et «Woe To The (Vae Solis) » qui jouent beaucoup sur le contraste entre atmosphérique et puissance death, le premier se voyant serti d’un peu de trompette et le deuxième d’une voix féminine. Il y a un peu de symphonique quand arrive « The Revenge Of Namwell », titre où rugissent quelques solos et on arrive en mode oriental sur « The Awakening », accompagné par des percussions. « A New Dawn » quant à lui, dure 15 minutes, soutenu par une voix féminine et des chœurs plein de profondeur. Voilà un petit aperçu du programme de ce voyage auditif ; rajoutez à cela de belles mélodies soient mélancoliques, soit tournées du côté sombre, mélodies toujours inspirées.

 

Et puis il y a cette impression de fluidité, terme que j’emploi souvent dans mes chroniques quand la musique coule avec aisance, ce qui est le cas ici malgré ses nombreux paysages. Il y a à la fois le côté extrême de leur metal qui n’est jamais hargneux mais plutôt puissant et également un aspect particulier dans ce que dégage leur musique ; là où certains groupes jouent avec l’angoisse eux sont à la frontière d’une inquiétude non dénuée d’une certaine beauté froide. Je me suis passé cet opus un bon nombre de fois, par une nuit presque blanche (véridique) et à chaque écoute mon plaisir à augmenté.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports