LVCIFYRE - Svn Eater

Chronique

Pochette de l'album Svn Eater par Lvcifyre
  1. Night Seas Sorcery
  2. Calicem Obscurum
  3. Liber Lilith
  4. Sun Eater
  5. In Fornication Waters
  6. Nekuomanteion
  7. The Fiery Spheres of the Seven
  8. Fyre Made Flesh
  9. The Sinister Calling

Site(s) du groupe :

MySpace de Lvcifyre Site web de Lvcifyre
Par Mindkiller

Publié le 29/03/2014

Télécharger légalement

Si l'on devait résumer en une courte phrase les britanniques de Lvcifyre, ce serait en un grand groupe qui prend son temps. Formés en 2008, le groupe sort son premier album en 2011 pour revenir en début d'année avec ce nouvel opus intitulé Svn Eater. Mais si l'attente a pu sembler longue, elle a été bénéfique au groupe puisque dès la première écoute on est séduit par cette musique entre death et black profond, lourd et pesant.

Et il faut dire que le premier titre, Night Seas Sorcery accentue cette lourdeur. Un titre de plus de 9 minutes dont les 5 premières pourraient être affiliées à du doom tellement le tempo est lourd, mais prenant parfaitement aux tripes. Alors certes, ce titre est ultra répétitif, mais il est tellement bien écrit qu'on se laisse totalement transporter dans le tourbillon sombre du groupe. D'ailleurs ce titre est le mieux choisi pour ouvrir l'album (qui ressemble à un concept album, mais n'ayant pas le livret, je ne peux en dire plus). Si les 5 premières minutes sont lourdes, la suite se veut plus pêchue et plus virulente. Et ce titre suffit à résumer un album qui oscillera toujours dans ce contexte. A la frontière du black et du death mais tout en restant sur une musique lancinante et finalement très viscérale, comme par exemple Nekuomanteion avec ses aspects à la limite du doom malgré la double pédale qui martèle énormément la musique. Au final, c'est un album très homogène mais qui regorge de très bonnes idées que nous offrent les britanniques. Bon, pour ce qui est de la comparaison avec l'ancien matériel, je ne pourrais pas m'étaler d'avantage, je découvre le groupe avec cet album. Ce qui est assez dommage au final tant leur musique est bonne et bien faite. La qualité d'écriture est là, avec changement de tempo, de rythmiques et de tonalités. Un album qui du coup ne peut pas forcément être apprécié à la première écoute malgré une certaine accessibilité de leur musique. Le côté peut-être un peu "hybride" de leur musique qui aide à cela certainement. Ainsi que les soli presque dissonants qui donnent l'impression de presque être faux (mais ceci reste une impression). Mais là encore, cette dissonance nourrit la musique. Et si les musiciens s'en sortent avec les honneurs, le chant n'est pas en reste. Growl profond et caverneux à souhait, il tranche la rythmique en se fondant dans la mélodie. Exercice peu évident mais parfaitement exécuté.

Le soucis de cet album réside peut être dans la production. Celle-ci est trop propre. Comprenez que l'on a là une production parfaite pour du metal, mais avec un metal extrême aussi bien mené, on aurait préféré une production plus "old school" ou du moins plus "amateur" dans la façon de faire. Le trigg de batterie est un poil trop discret, la réverb dans la voix pas assez prononcée et les guitares ne sont pas assez incisives, notamment dans les soli ou un peu plus d'aigu n'aurait pas fait de mal. Attention hein, contrairement à l'album de Corpus Diavolis (qui pourtant était très bon en terme de qualités d'écritures) la production ici n'est pas plate, elle est même très bonne, mais elle est loin d'être parfaite. Et puis la sensibilité de chacun fera que l'on apprécie cette production ou pas. Surtout que d'un titre à l'autre elle peut sembler très bien pensée alors que sur d'autres il y aura un effet un peu "bancal". Par exemple, le titre Fyre Made Flesh très death dans sa construction ne souffre en aucun cas de cette production lourde alors que le titre the Fiery Spheres of the Seven lui aurait gagné à jouer un peu plus sur les aigus. Ainsi donc on se retrouve à avoir le cul entre deux chaises avec cet album. Mais seul le public le plus exigeant notera ce soucis. Pour une comparaison avec un autre album du style chroniqué il y a déjà quelques temps, une production comparable à celle de l'album Infernal Warriors of Death de Blaspherian aurait juste été parfaite.

Au final, Lvcifyre nous livre quand même un très bon album de death black comme il est toujours plaisant à écouter, qui, pour les amateurs du style, risque de passer très souvent dans la platine. Un album qui souffre peut être d'une production un peu trop systématique alors qu'une légère différenciation en fonction des titres n'aurait pu que parfaire un album très bien écris et aux titres accrocheurs. Et puis cette voix... la façon dont les paroles sont vomies par T. Kaos est vraiment parfaite.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports