MACHINE HEAD - Bloodstone & Diamonds

Chronique

Pochette de l'album Bloodstone & Diamonds par Machine Head
  1. Now We Die
  2. Killers & Kings
  3. Ghosts Will Haunt My Bones
  4. Night Of Long Knives
  5. Sail Into The Black
  6. Eyes Of The Dead
  7. Beneath The Stilt
  8. In Comes The Flood
  9. Damage Inside
  10. Game Over
  11. Imaginal Cells
  12. Take Me Through The Fire

Site(s) du groupe :

Site web de Machine Head
Par Baptiste

Publié le 05/12/2014

Télécharger légalement

Souvent taxé d’opportuniste pour sa propension à coller au son du moment, il est pourtant établi que Robb Flynn n’a toujours fait que ce qu’il voulait, peu importe ce qu’en pensent les fans. Bien souvent, ces derniers pensent mieux savoir que le groupe dans quelle direction il doit aller. Flynn ne l’a jamais entendu de cette oreille et a sorti les albums qui lui faisaient envie, pas ceux qu’on attendait de lui.

Qui a écouté The Blackening ne regrettera pas d’avoir vu le groupe évoluer. Si ses débuts étaient déjà monstrueux, le groupe avait vraiment été touché par la grâce sur cet album qui représente ni plus ni moins qu’une des sorties majeures du XXIème siècle. Difficile par conséquent de donner une suite à un tel chef d’œuvre.
Machine Head avait partiellement relevé le défi avec Into The Locust,  sorte de The Blackening « light » : plus court, plus direct, plus accessible. Un bon album qui voyait le groupe garder un niveau de composition élevé, sans pour autant atteindre le niveau de son prédécesseur.

Il était néanmoins la preuve que les californiens en ont encore sous le pied. Et c’est encore avec impatience que les metalheads du monde entier attendaient cette nouvelle livraison. Enfin le voilà ! Verdict ? Nouvelle merveille ou confirmation d‘un déclin inéluctable ?Malheureusement, un peu des deux.

Il semble qu’entre deux albums énormes, le groupe se cherche pendant un moment et sorte des albums inégaux. Bloodstone & Diamonds s’inscrit exactement dans cette tendance. Les moments de grâce côtoient le parfois médiocre, l’expérimentation succède à l’écriture mécanique. L’album souffre en fait de deux défauts majeurs.

Sa durée d’abord. Plus de 70 minutes au compteur, durée qui annonce souvent un remplissage qui se retrouve confirmé ici. Les morceaux sont dans l’ensemble trop longs. Certaines parties sont étirées à l’envie sans justification aucune, comme l’interminable intro de « Sail Into The Black ».

Le deuxième vice est sa redondance. Les années passant, le groupe se retrouve prisonnier de ses propres tics de composition qui parfois rendent sa musique sans surprise. Les harmoniques naturelles, marque de fabrique du groupe, ne sont plus aussi surprenantes qu’avant, devenant même à certains moment irritantes de prévisibilité. Les passages, répétés à l’envie, où le riff est coupé d’un coup par un arpège clean pour repartir sur une montée de guitare/voix sont tellement typiques du groupe qu’ils semblent sortis d’un logiciel qui les génère aléatoirement. Même diagnostic pour les twin-leads qui sont désormais aussi surprenantes qu’un épisode de Joséphine Ange Gardien.  
Dernier révélateur, la voix de Flynn elle-même. SI le sieur est toujours un hurleur de premier choix, sa tendance à minauder ne s’est pas amélioré et peut s’avérer agaçante. Un fait regrettable tant ses lignes de chant peuvent être de qualité quand il fait montre de plus de simplicité.
L’excellent opener « Now We Die » se retrouve ainsi un peu gâché par un chant qui en fait trop. Et sa propension à en faire des tonnes ne s’améliore par au fur et à mesure de l’album.

Et pourtant quel dommage ! Quand le groupe va à l’essentiel et évite l’auto-pompe, il est toujours capable de morceaux monstrueux. Malgré le chant évoqué plus haut, « Now We Die » est un morceau aussi ambitieux que réussi. L’audace est d’ailleurs à saluer. Placer en ouverture un morceau de 7 minutes bourré de violon, manifestement le groupe fait toujours ce qui lui plait et n’a pas peur de prendre son auditoire à rebrousse poil. « Night Of Long Knives », met en musique de la plus belle des manières un texte réussi .La doublette « Eyes Of The Dead » et « Beneath The Stilt » poutre également assez méchamment et se place sans honte aux côtés des meilleurs morceaux récents du groupe. La mélodie de « In Come The Floods » ou l’énergie de « Game Over » font mouche, preuve qu’un demi ratage chez Machine Head reste au-dessus de la mêlée.

Le contrat n’est qu’à moitié rempli pour Machine Head. Dans un album ou l’excellence côtoie le médiocre, le groupe manque singulièrement de simplicité et se rend un peu trop hommage pour vraiment atteindre des sommets.La formation américaine semble clairement enlisée dans une nouvelle période de mue qui risque de n’accoucher que d’albums moyens. La dernière ayant aboutit sur le fabuleux The Blackening, préjugeons que l’avenir nous réserve certainement un autre grand album de Machine Head.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports