MAGOA - Topsy Turvydom

Chronique

Pochette de l'album Topsy Turvydom par Magoa
  1. Ailleurs
  2. Wall of the Damned
  3. Max Bet
  4. Betraying Grace
  5. Party Time
  6. Eat You Alive
  7. Estamos Locos
  8. Broken Record
  9. Forgotten Saints
  10. There Is No Tomorrow

Site(s) du groupe :

MySpace de Magoa
Par olivier no limit

Publié le 23/10/2013

 

Que je sois damné jusqu’à la 10 ème génération, mais je commence à aimer le Metalcore, du moins celui de MAGOA car avec ce « Topsy Turvydom » ils font fort… les bougres.

Pour ce nouvel opus, ce groupe originaire d’Ermont, Ile-de-France, a mis le paquet, au niveau de la production, assurée à Los Angeles par Charles « Kallaghan Massabo, du son, du mix et du rendu sonique.

Quant à leur album, je le trouve plus abordable, plus codifié que leur précédent méfait, l’EP « Animal ».

Et pourtant j'aime.

Ils font partie de cette nouvelle vague de Metalcore qui comme les petits gars de BRING ME THE HORIZON, redonnent rage et lettre de noblesse à ce style, sans le côté niais de l’émo ; Plus de démonstrations techniques inutiles, de surenchères vocales qui écœurent.

On y trouve :

Des guitares au son spécial, dispensant des riffs qui s’entrelacent dans une construction jamais simpliste, véritable colonne vertébrale de leur musique. Pour leur gouverne qu’ils aillent jeter une oreille sur le groupe instrumental Italien ZOLLE qui possède certaines similitudes avec leur jeu et leur son de six cordes.

On y découvre :

Des voix nombreuses, seules ou en chœur, parfois claires mais le plus souvent growl et méchantes, le tout savamment dosé.

On y entend :

Du bon vieux metal moderne associé, comme il se doit, à du hardcore furieux, plein de soubresauts vindicatifs, mais aussi de l’électro, de la musique à « touches » qui porte certaines de leurs mélodies ou ambiances.

Quant à leurs compositions:

Des titres comme « Ailleurs » sont jouissifs. « Max Bet » possède un petit côté rock dans son refrain. La plupart des titres sont tournés du côté hargneux de la bête : cela déménage salement.

Et puis il y a « Forgotten Saints », « Party Time » et « Betraying Grace » aux refrains plus gentils, plus pop/rock qui me rappellent un combo nommé HE IS LEGEND sur l’album « Suck Out the Poison », une des seules galettes metalcore que j’ai encensé.

Là, c’est sur : on cherche à plaire , mais on le fait bien.

« Betraying Grace » avec ses « ho lala » dans le refrain aurait même pu être pondu, que les musiciens de MAGOA me pardonnent, par les trépanés du cerveau que sont INDOCHINE ! Seulement voilà, chez eux cela marche et au lieu d’être « gnan gnan » cela devient acceptable.

Bref je m’incline bien bas et pense que ce groupe a le potentiel voulu pour avoir une longue histoire.

Ce cd m’a été envoyé par guillaume de KLONOSPHERE.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports