MELTED SPACE - The Great Lie

Chronique

Pochette de l'album The Great Lie par MELTED SPACE
  1. Listen to the Song of Despair
  2. Called By the Queen
  3. No Need to Fear
  4. Terrible Fight
  5. A God Is Dead
  6. Trust and Betrayal
  7. Glass Castle's Beast
  8. Hopeless Crime
  9. The One Who Lost the Faith
  10. Titania
  11. Lost Souls from the Other Side

Site(s) du groupe :

Site web de MELTED SPACE
Par olivier no limit

Publié le 19/09/2015

 

Je n’irai pas par quatre Chemins. Je n’aime pas trop le metal symphonique quand il est trop ampoulé. Quand j’ai dû chroniquer ce « the great lie » du groupe MELTED SPACE, j’ai poussé un soupir en me disant, « bon écoute au moins ». Avant j’avais vu que ce groupe est le projet d’un monsieur nommé Pierre Le Pape, qui aime à mêler : musique de film, musique électro, metal symphonique en invitant plein de musiciens. Me suis dit « avec un nom pareil, il ne se prend pas pour rien ! »

Et puis, j’ai regardé le nom des musiciens qui l’accompagnait : Adrien Grousset (HACRIDE) à la guitare, Mike SACCOMAN (ex-KRONOS) à la batterie et Brice Guillon à la basse, le tout accompagné par l’Orchestre Philarmonique de Prague.

Ensuite j’ai vu certains de ses invités : David Vincent (ex-MORBID ANGEL), Attila Csihar (MAYHEM), Mikael Stanne (DARK TRANQUILLITY), Guillaume Bideau (MNEMIC), Niklas Kvarforth (SHINING), Mariangela Demurtas (TRISTANIA) .

Là je me suis dit qu’il y avait de quoi se poser des questions.

Je me suis écouté la Bête... et …c’est vraiment pas mal !

Alors Je ne vais pas vous faire une longue chronique, juste vous donner quelques une de mes impressions.

Ce que j’aime déjà c’est le fignolage, les arrangements qui lient la musique de l’orchestre aux guitares heavy du metal.

Cela donne une vraie profondeur à l’ensemble, un relief, comme sur « No Need To Fear », qui d’un « simple » metal mélodique à voix féminine, devient un moment plein de nuances et d’émotion. De plus quand le growl d’Attila Csihar intervient, cela remet les pendules à l’heure : ici il ne s’agit pas de variété style "soupe".

Ensuite, ce côté musique de film rend ce metal sympho plus accessible de suite ; comment vous dire, les harmonies y sont de suite directes, chantantes ;

Cette kyrielle d’artistes aurait pu mettre un joyeux « bordel » dans le propos de cet album, car trop c’est trop. Et bien non : au contraire cela porte l’ensemble, le rend plus vivant. De plus le talent de chacun, à commencer par les voix, porte un peu plus haut ce qui se dégage de l’ensemble: de l'émotion.

J’ai particulièrement tripé sur « A God Is Dead » chanté par « Manuel Munoz », morceau simple, épuré, porté par peu d’instruments, mais empreint d’une grande mélancolie.

Et puis savoir qu’il y a des gens comme Niklas Kvarforth ou Mikael Stanne qui participent à cette petite œuvre me fait personnellement chaud au cœur.

Alors en conclusion, moi qui ne suis pas vraiment un fan de ce genre de « chose », qui préfère des « trucs » comme le thrash, le death hyper violent ou le rock et bien merci à monsieur Le Pape.

Il est un temps, quand il n’y avait pas autant d’artistes sur le net, où ce genre d’œuvre aurait fait un vrai tabac !

J’espère que ce sera le cas.

cela sort le 16 octobre.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports